taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel
  

Un regard politique, leçons pour les millenials

Page 4a du dossier "Le circus virule (ou ce que le covid-19 est venu nous dire"), début 2020. Une partie de mes billets au cours de la crise covid était destinée aux millenials et à la génération Z, ces jeunes hyperconnectés par le digital mais hélas souvent très déconnectés de la politique, de l'Histoire, de la culture en général.
Je tiens le même ton pédagogique à l'intention des millenials dans le chapitre "Discernement" aussi. Autres chapitres liés: l'évolution politique possible serait la capitalisme de surveillance et la dictature numérique.

Répertoire "non-food" de ce site. Je mets ma casquette de Jiminy Cricket, comme pour le dossier à charge contre les Gafam. Je transfère certains des billets écrits en brouillon sur fb pendant le confinement.


Avis au lecteur, 30/11/2020: ce sont encore des billets collés les uns derrière les autres.

Les liens seront établis sous peu, pour un texte suivi.

Contrôle de l’information scientifique

Dans les dérives qui essaient de s’installer (et qui, chers millenials, sont en contradiction totale avec la démocratie telle qu'on la connaît), lire une lettre ouverte par une chercheuse, Caroline Vandermeeren, docteur en biotechnologie. Elle y dénonce la recommandation du président de notre parti MR de faire valider leurs communications par le pouvoir politique, prétendant ainsi vouloir éviter de générer de la confusion parmi la population.

«Je souhaiterais adresser cette lettre à la population, aux politiques, aux médias et au monde scientifique, en ma qualité de citoyenne, de bioingénieur en microbiologie industrielle, de docteur en biotechnologie, et de membre de la communauté des travailleurs du secteur biotechnologie belge depuis plus de 12 ans.

Je suis effrayée de constater les prémices d’une dérive grave dans une société démocratique : l’ingérence du pouvoir dans la communication scientifique.

(...)

Je pose à tous cette question: dans quel type de société les scientifiques doivent demander la permission du pouvoir pour publier les conclusions de leur travail?

(...) Ce n’est pas aux scientifiques de plier leurs conclusions aux besoins des politiques

C’est le rôle des politiques d’exploiter les données pour soutenir leurs décisions et leurs communications !

A chacun son rôle, à chacun ses responsabilités.»

Lire la suite sur "Ce n'est pas aux scientifiques de plier leurs conclusions aux besoins des politiques"

Lire aussi la série de tribunes libres de la même Caroline Vandermeeren dans Le Vif belge via https://www.levif.be/actualite/tag/caroline-vandermeeren-1033319.html

Soyons clairs

Je l'accorde, la formulation est discutable, le poster revient au dramatique duo "ils et nous", mais je trouve que ça réveille bien - surtout pour l'éveil des millenials.

Commission d’enquête sur la gestion #coronavirus

24.6.2020 Au Parlement belge, hier, le PTB (parti ouvrier BE) a proposé une commission d’enquête sur la gestion #coronavirus. Tous les membres ont essayé de faire reporter le vote . Nos élus doivent pourtant rendre des comptes, ils ont tué! Je rappelle les deux articles que j’ai partagés hier, écrits par des pointures, qui démontrent la pantalonnade en chiffres: «Décodage des décodeurs» , par le dr Delépine et «Covid-19: une défaite française, point de vue médical».

Il faudra une véritable enquête ne fût-ce que pour révéler d’où ils ont pris leurs idées farfelues, comme le confinement aveugle, qui n’était prévu dans aucune stratégie préétablie; et qui a fini en surmortalité. Ne fût-ce que pour qu’apparaisse au grand jour de tous (et pas des seuls initiés) la totale impéritie de ce gouvernement. Imaginez qu’ils aient dû gérer un accident nucléaire? On n’ose imaginer...

Mesures arbitraires de juillet: nous ne sommes pas dupes

12.7 Le port du masque obligatoire en fin d'épidémie: nous ne sommes pas tous dupes.

Nos élus préfèrent avoir l'air idiots que criminels, j'imagine. Ils préfèrent que les citoyens discutent du sexe des anges (alias l'utilité ou pas du masque) plutôt que de s'interroger sur la responsabilité officielle dans le senioricide que nous venons de vivre. Responsabilité qui passera à la trappe si les citoyens n'entament pas un ou des procès, vu qu'apparemment tous les partis sauf PTB ont refusé une commission d'enquête (toujours valide?).

Primo: 844 morts par million d'habitants, la Belgique est championne du monde (quasi le double des voisins directs NL et FR).

Secundo: la moitié des victimes sont des personnes en maison de retraite (toujours valide?). Et rien ne bouge? On fait comme si de rien n'était?

Nos gouvernants préfèrent aussi avoir l'air incohérents que reconnaître qu'ils ont très mal géré la crise, pris les mauvaises décisions au mauvais moment. Ils proposent donc des mesures extra-ordinaires pour bien nous marteler que le virus est d'une dangerosité rare, qu'il est d'ailleurs encore là (l'ennemi à nos portes! unissons-nous) et ouf! heureusement qu'on a été si bien protégés et qu'on l'est encore... par nos chers élus.

Diable, sommes-nous donc des enfants?

NB pour les puristes: oui je sais les conciles n'ont jamais discuté du sexe des anges, mais ce concept est entré dans le vocabulaire.

24.7 Je partage ceci en clin d'oeil pour qu’on comprenne bien à quel point je me sens en porte à faux par rapport aux élus et que je ne suis pas seulement une contrarienne (terme anglo). Je suis vraiment titillée. Depuis quasi le début, je suis quelques pointures anglophones sur twitter, qui questionnent le récit médiatique autour du virus. Pointures qui confirment ma première intuition.

Je suis tellement frappée de voir l’absurdité des comportements des élus, leur distanciation du réel, que l’ancienne lectrice de science fiction que je fus ado se rassure par l’imagination. J’ai compris, en fait ils savent que des extraterrestres ont prévu d’envahir la planète l’année prochaine pour nous mettre au pas. Ils nous entraînent, quoi.

Autre version, tout aussi sotte mais qui m’amuse: j’ai imaginé qu’ils avaient été tous kidnappés, anesthésiés, équipés de bombes à retardement miniatures. Puis relâchés dans la nature en sachant que certains mots qu’ils prononceraient déclencheraient la bombe: comme «épidémie» au lieu de pandémie, comme «finie» au lieu de «2ème vague»...

Trèfle de butinage dans les sphères de l’imagination: le réel est bien plus prosaïque. Quand on aura du recul, on verra que ces réactions sont tout simplement du très ordinaire «je me protège les fesses», comme je l'ai exposé plus haut.

Propagande 2.0. Van Laethem et autoquarantaine

22.7 Je viens d’entendre Yves Van Laethem notre porte-parole interfédéral coronavirus, à la radio. J’ai franchement ri tant c’était enfantin comme discours: sa fille, testée positive à cause de son copain malade, est venue manger chez lui. Par sécurité, il se confine! Donc ce gars là est haut placé (et médecin! enfin, c’est ce qu’il dit), il ne sait pas qu’on peut être porteur sain; il ne sait pas que les tests sont défectueux et, quand ils sont valides, ils peuvent repérer des traces de virus mort, donc inactif; il ne sait pas que le test repère comme positif des gens vaccinés contre la grippe. Il ne sait pas que, vraiment craintif, on peut sortir avec un masque et ne pas embrasser les gens, on ne les contaminera pas. En voilà des choses qu’il ne sait pas!

source: https://www.lesoir.be/314688/article/2020-07-22/yves-van-laethem-place-en-quarantaine-meme-en-prenant-des-precautions-peut-etre

Vous le voyez bien le fil rouge, là? Ou je dois vraiment expliquer ce qui arrive avec de gros, gros sabots? Papa se confine, pour nous montrer que bientôt on va devoir faire tous pareil...

Quelques minutes après, j’ai entendu un certain Coppieters annoncer qu’il n’y a pas de seconde vague, mais que les élus en parlent délibérément, pour entretenir la peur. Texto! Car «seule la peur fera que nous respecterons les gestes barrière» - gestes qui sont si capitaux en fin d’épidémie, bien sûr. Je cite de mémoire, mais j’ai bonne mémoire et la tête froide (càd que je ne prends pas mes désirs pour des réalités).

Merci à Sylvianne Honorez qui rappelle cet article: https://www.levilainpetitcanard.be/et-les-conflits-dinteret-on-en-parle/ du 5 mai

Extraits: «Invité dans une émission de Radio 1, le virologue Marc van Ranst a rappelé que le développement d’un vaccin était le seul moyen de se débarrasser durablement du nouveau coronavirus. (...) Or le bon docteur Van Ranst n’est pas un inconnu, il était déjà le président du Commissariat Influenza qui avait recommandé en 2009 (pandémie H1N1) le vaccin de GSK. Il s’était fait incendier par un article assassin paru dans la revue Politique pour conflit d’intérêts, précisément dans le cadre d’activités rémunérées pour le compte de… GSK.

Parmi les cinq personnes (sur 15) épinglées à l’époque pour conflit d’intérêts, on trouve également le nouveau porte-parole de ce groupe d’experts, le Dr Yves Van Laethem, l’infectiologue qui a remplacé le virologue Emmanuel André, qui s’était auto-débarqué de ce qu’il faut bien appeler le radeau de la Méduse, pour raisons familiales, d’après lui. Et le croiriez-vous, Yves Van Laethem aime lui aussi vendre la peur (le covid) et sa solution (le vaccin).

Le vaccin contre le coronavirus n’est pas attendu avant la fin de l’année, voire la fin de l’été 2021 « si ça traîne un peu », affirme l’infectiologue Yves Van Laethem sur le plateau de RTL.»

Quelques questions d’un électeur (socialiste) à propos de la crise

Je traine souvent à partager car il faut que je prenne le temps de lire... Je vous propose un article chez Jean-Dominique Michel, juillet 2020: «Quelques questions d’un électeur à propos de la crise» via https://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/07/22/quelques-questions-d-un-electeur-a-propos-de-la-crise-307721.html.

Quasi toute la problématique du moment y est résumée, en finesse. Mes lecteurs coincés par les arguments de certains croyants au récit trouveront dans le texte de Waleffe de quoi argumenter face à n’importe qui. Même face à misteur van Ranst, notre staline belge, qui reçoit sa petite volée de bois vert (mais très polie) en fin d’article.

Recommandations vaccin du CARE juillet 2020

Senta Depuydt résume pour vous les recommandations vaccin au gouvernement français, par des membres du CARE.

Le document original est ici, en pdf: http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2009019/Avisvaccin.pdf

Senta Depuydt:

RECO française sur la vaccination COVID A LIRE

-Ils évitent de dire si la vaccination sera obligatoire.

-il faut envisager un carnet de vaccination électronique pour tous, c’est l’occasion en plus de rattraper le programme de calendrier .

-Il n’est pas envisager d’exclure les médecins généralistes de la campagne

-Ils reconnaissent que les personnes âgées ne répondront pas au vaccin

-Ils reconnaissent qu’il y a un problème d’aggravation possible de la maladie avec le vaccin.(P5 ADE)

-Ils conseillent de vacciner tout le monde, même ceux qui l’ont déjà eue .

Etre immunisé ne permettra pas d’échapper au vaccin .

-Ils déconseillent de réaliser des tests d’anticorps pour échapper au vaccin «inopportune « .p11

-ils reconnaissent que 40 à 60 % de la population a déjà une immunité croisée cellulaire avec les autres coronavirus

-ils ne connaissent pas la durée de l’immunité cellulaire et humorale ( P5)

-ils reconnaissent qui les vaccins peuvent ne pas empêcher de transmettre la maladie;

contrairement à des vaccins dits «stérilisants».

-ils craignent la méfiance d’un quart des Français et vont mettre le paquet sur la communication .

-Il mettront l’accent sur «la responsabilisation « de chacun pour un «contrat social» . La notion est détournée au service de la soumission à l’autoritarisme .

-Ils veulent commencer la propagande en amont et craignent la mobilisation des anti-vax.

commentaire internaute:

-- «Pffff y’en a marre de se battre tout le temps!!! 5g, pesticides, poulets de batterie, etc etc... Ils ne pourraient pas s’aménager une autre planète toute vetue de technologies ??Avec tout leur pognon et leurs cerveaux grandioses , ils devraient pouvoir non???... Et qu’ils nous laissent, nous, attardés, Au milieu des champs et des fleurs..."

ma réponse:

-- «Je n’ai pas le sentiment de me battre. Je vis intensément mes croyances, je les partage, mais je n’ai pas d’énergie «combat» pour autant. Je tiens ferme sur mes positions et je dis simplement «non au numérique ou au totalitarisme», je valorise et privilégie le vivant, je relaye tout ce qui fait «vivant» à mes yeux. Cela m’évite la fatigue de me croire en guerre.»

Poster Dubus

Poster de notre caricaturiste belge Dubus, où je crois reconnaître le maire d’Anvers (bulle: nous avons un ministre qui s’appelle Jambon, de fait).

On peut remplacer le personnage par n’importe quel acteur, depuis notre PM jusqu’à notre ministre de la santé: ils jouent à faire la guerre à leur peuple, en gros. Et pas seulement sur les frontières linguistiques, mais sur les frontières des libertés individuelles et collectives.

Ce qui n’est pas une surprise. Depuis quelques années, si l’on me dit «au moins on n’est pas en guerre», je réplique que primo, nous sommes en guerre commercial permanente, dont nos enfants font les frais et que secundo, depuis la montée franche du néolibéralisme, les gouvernements sont en guerre avec leur citoyens, qu’ils voudraient transformer en simples consommateurs non votants. Il suffit de voir la brutalité indicible face aux gilets jaunes ou aux zadistes. Pas très différent d’un certain syrien qu’on est pret à pourfendre.

Un peu résumé, mais c’est le coeur de ma pensée.

Lisez Kairos magazine antiproductiviste

20.7 Je suis abonnée à Kairos magazine et je me régale tous les deux mois. On le lit en version papier en plus! Le sommaire du dernier numéro est ci-dessous.

Soutenez cette équipe au courage remarquable. Voilà 3 mois qu'ils font le pied de grue, en tant que media reconnu, pour être accueillis aux conférences de presse du gouvernement belge. Mais en vain. Car "bulle", voyez ... Les élus pensent bulles (joli à dire, moins joli à penser). Ils ne peuvent accueillir toute la presse du monde...

Et surtout car Alexandre Penasse pose les questions qui dérangent, comme il y a 3 mois : « quelle légitimité démocratique il y a à prendre certaines décisions quand la plupart des membres qui décident et réfléchissent font partie des multinationales et du monde de la finance ».

Interrogation juste, à laquelle notre PM répond tel un robot, par une non-réponse dont j'ai tellement honte de la pauvreté de fond que je ne la transcris pas. Curieux? L'écouter ici: https://www.youtube.com/watch?v=hzKnKZjX3T0

Leçon de choses pour les millenials: presse payante

Sur rtb: «Un record du monde à la nage réalisé par une femme ignoré en Belgique». Je retiens de l’article que le record est passé inaperçu en Belgique, alors que la dame n’a pas de gros sponsor.

Pour moi, c’est normal, à ma connaissance les articles sont payants. Je n’ai fait qu’une campagne de presse en 2000 pour mes livres, en Belgique. J’ai payé l’équipe de l’attaché de presse: un forfait + un montant par article publié. En supplément, j’ai aussi payé un budget par article, budget dédié au magazine, comme si je plaçais une pub. J’ai trouvé ça peu efficace, au final, en tout cas sur la vente des livres. J’ai arrêté après six mois.

Tous les articles que vous verrez sur cette page http://www.editionsaladdin.com/presse2000.html ont été payés comme des pubs (mais bien moins cher, of course, car mes petits livres autoédités rapportent moins que les crèmes de jouvence de l'O).

Depuis lors, plus d’article ! Rien que de tout petits entrefilets.

Vous comprenez que dans l’affaire covid depuis quelques mois les articles de grands medias ne tombent pas du ciel...

 

Un florilège de Christian Combaz sur son compte tw et sur sa chaîne YT

J’y passe de temps en temps me régaler - https://twitter.com/CampagnolTVL et https://www.youtube.com/channel/UCBIyR71Yvq7rWHSF2p-uH4Q

Je ne prends pas tout, loin de là, mais il m’amuse souvent.

mars. Imaginons qu’en France les consignes vont s’assouplir... Impossible! Ecouter la superbe analyse début mars, par Bruno Combaz, en vidéo au coin du feu... Comme c’est finement analysé. Le coup suivant de l’autocrate qui gouverne nos voisins ne peut être qu’une crise de nerf de plus.

«Certains personnages politiques portent-ils malheur à leur pays ? En toute raison, non, mais si la population renoue avec la tradition antique de la superstition qui met en rapport les dirigeants et les désastres qui s’abattent sur les peuples, l’éviction n’est pas loin . Quelque chose dans la sagesse populaire reste convaincu que les audacieux à la morale douteuse attirent la colère des dieux.»

https://www.youtube.com/watch?v=DqJUJFxrsqs

Combaz sur les démunis

oh que je l’aime ce délicieux Combaz, qui dit tout haut ce que tant pensent mais devraient dire aussi tout haut. Il nous parle des tickets de rationnement que nous aurons bientôt, des manipulations de sondage pour faire croire que le peuple soutient Macron...

«Une partie invisible de la société est sur le point de se manifester : celle des Français que le gouvernement a ruinés par le confinement sans avoir rien prévu pour eux parce qu’ils gagnaient leur vie clandestinement.»

https://www.youtube.com/watch?v=T9E6QVD2nAk

Combaz BIS

Je range les armoires en écoutant des vidéos. J’arrête de temps en temps pour partager ici. Le confinement aura ceci de bien qu’on a tout le temps de rafraîchir sa conscience politique. Ou de s’en faire une (espérons!). Cet édito en vidéo est instructif pour qui débarque dans les coulisses politique/médecine.

C’est la première fois que j’entends le surnom de Pinocchio pour le premier des Français, surnom que j’utilise depuis les élections de 2017.

Je n’ai jamais tant lu et écouté de partisans de la droite (comme ce Combaz, qui s’annonce «écrivain authentiquement dissident, classé à droite depuis trente ans» mais que je soupçonne d’être libertaire), mais peu importe: je préfère un esprit critique aiguisé, mais de droite, à un praticien de la servitude volontaire, mais de gauche.

L’intro: «Le Président a un problème avec l’image du père. Dernier avatar de la question, l’apparition de la figure shakespearienne du Pr Raoult qui va le rendre fou s’il ne l’est déjà.» I lllllove !

Enfants et reprise d’école - Combaz en vidéo

Je pourrais dire mot pour mot tout ce que ce cher Christian Combaz énonce dans sa dernière vidéo. Il détaille si bien la névrose qu’on peut inculquer aux enfants en suivant ces mesures ... Il analyse l’argumentaire de l’Education Nationale, quasi staliniste... Etc etc.

https://www.youtube.com/watch?v=d-Y8Kq-IUo0

Ecole, commerce, la marelle idiote du déconfinement balisé vous décourage d’apprendre et d’acheter.

La première fois que les nations doivent l’équivalent de leur PIB

2ème acteur de mon hypothèse: Big Finance. Cela fait toujours plaisir quand des écrivains partagent ton avis, ça rassure. Ici, Christian Combaz (anarchiste aussi si je l’ai bien capté) sur son compte @CampagnolTVL

  • Oliver Duhamel : «c’est la première fois qu’une centaine de pays confinent leur population».
  • Oui c’est la première fois que les nations doivent l’équivalent de leur PIB et que le virus arrange tout le monde

26.8 Le bon sens paysan, manifesté par l’ami Combaz, qui parle aussi bien qu’il écrit. «Non, sérieusement vous préférez être soigné par un médecin ou par un scientifique?»

Il utilise un subterfuge et invite des amis imaginaires à donner leurs avis. J’adore l’approche simple, cultivée, anarchiste.

Le thème aujourd’hui: les chefs de service qui pérorent sur les plateaux de télé et ne voient probablement plus de patients, les vrais médecins, les rebouteux...

https://www.youtube.com/watch?v=x2Viq_FmtlQ

16.5 «Le totalitarisme, c’est lorsque le présentateur du principal journal national pose la question : qu’avez-vous le droit de faire ? et que tout le monde trouve ça normal.

Or il vient de le faire et vous trouvez ça normal.»

5.9 Quelques touittes:

Le problème quand on a un président du genre vendeur de vérandas, c’est qu’à la troisième visite on se tient près du fusil.

Les juges des tribunaux administratifs et bientôt le Conseil d’Etat sont en train de revenir en arrière sur le port du masque par simple terreur d’être mis en cause nommément par la population une fois le pays libéré.

Ne les laissez pas inventer des morts Covid par test PCR post mortem en octobre/novembre.

Exigez de voir les malades, exigez les chiffres de Réa Covid dans les hôpitaux

Emmanuel Néron ne se rend pas compte qu’après ce qu’il a infligé au Pays, il n’aura jamais la paix sur le territoire, quel que soit son âge. Il va finir en Arizona ou en Argentine.

Les Castex Boys qui prétendent inciter les gens à désépargner ne se rendent pas compte, ce n’est pas seulement la crainte de l’avenir qui les incite à garder leur argent, c’est aussi le dédain de la vie qu’on leur propose.

30.8 Vu chez Christian Combaz, tw, à propos de la photo ci jointe (Il invente un pistolet pour lancer des masques sur les passants qui n’en portent pas): «Il n’y a pas pire que cet aveu de stalinisme implicite. Il faudrait le pacser avec Laurent Alexandre»

(NB Taty. L.A. est un cryptostaliniste transhumaniste)

Lettre ouverte de médecins et de professionnels de la santé à toutes les autorités belges comme aux médias belges septembre

«Après la panique initiale autour du Covid-19, les faits objectifs montrent maintenant une situation complètement différente – il n’y a plus de base médicale justifiant une politique d’urgence.»

Histoire de rappeler que les fondements de notre démocratie sont fêlés, que les medias ne répercutent plus les avis des citoyens et des corps intermédiaires mais uniquement la Voix de leur Maître, que les élus n’écoutent plus qu’eux-même, et qu’il faudra bien en tirer une conclusion citoyenne, lire la «Lettre ouverte de médecins et de professionnels de la santé à toutes les autorités belges comme aux médias belges»

«Nous, médecins et professionnels de la santé, souhaitons par ce moyen exprimer notre profonde inquiétude quant au déroulement des événements de ces derniers mois concernant l’apparition du virus SARS-CoV-2.

Nous faisons appel aux politiciens pour qu’ils s’informent de manière indépendante et critique dans le processus de prise de décision et dans la mise en œuvre de mesures obligatoires visant à protéger contre le coronavirus.

Nous demandons ici un débat ouvert, où tous les experts sont entendus sans aucune forme de censure.

Après la panique initiale autour du Covid-19, les faits objectifs montrent maintenant une situation complètement différente – il n’y a plus de base médicale justifiant une politique d’urgence.

La politique actuelle de crise est complètement disproportionnée, faisant plus de mal que de bien.

Nous plaidons pour l’arrêt immédiat de toutes les mesures et demandons le rétablissement immédiat de notre gouvernance démocratique normale et de toutes nos libertés civiles.»

Lire la suite sur https://docs4opendebate.be/fr/open-brief/

Vous en avez vu un relais dans la presse? Une réponse officielle des élus nationaux?

A ce jour pourtant signée par 629 médecins belges

par 2013 professionnels belges de la santé

par 15359 citoyens

La liste des signataires est ici: https://docs4opendebate.be/fr/signataires/

Une lectrice: je trouve ahurissant depuis le début ce silence radio face aux lettres ouvertes de ce genre. C’est déjà simplement impoli, mais surtout méprisant, et très inquiétant. Par quel moyen serait-il possible d’obliger le gouvernement à répondre ?

Ma réponse: Je sais que c’est dur à vivre, mais c’est inutile de demander, forcer, exiger une réponse. On doit accueillir et vivre ce changement majeur de rapport à l’autorité, à l’humain, au vivre ensemble. En prendre conscience et vivre en joie, apaisés, cette transition majeure, la rendra plus douce. Je n’ai aucun espoir que ceux qui vivent dans une autre réalité, derrière une paroi de verre, dans leur Truman show à eux, puissent entendre. Il faut changer de posture comme citoyen - voir toutes les pistes que j’ai citées depuis des mois.

Approche suédoise

J’ai fini le dossier, mais je relaye encore un petit film sur l’approche suédoise. J’aime bien le principe qu’en Suède les virologues sont indépendants du gouvernement (vous imaginez le lien que je fais avec leur non-confinement). Ils préfèrent convaincre que contraindre, c’est leur marque de fabrique.

Relayé par Ivor Cummins, un extrait d’un plus long film néerlandais par Sander Schimmelpenninck en Thomas Erdbrink

https://www.youtube.com/watch?v=f1fXFTqrgao&feature=emb_logo

Short but very clear interview with Sweden’s viral issue leader Anders Tegnell

- well worth a watch to understand how these things are managed.

Note: this clip is from a recent documentary which can be viewed here: https://www.npostart.nl/zweden-doen-h...

Note that Sweden never came near their ICU capacity, and the loading has been falling down since mid April. Note also that ~75% of Sweden’s deaths were in care home scenarios (~50% in their very large capacity care homes, ~25% in «care at home»). Also they got hit hard in Somali/BAME community (vitamin D questions to be answered there).

Basically, with no lockdown, their overall population fatality rate is 0.046% - similar to Europe’s average and lower than many countries including the UK. Note that cultures like the USA may be different in nature, with lower tendency to jump and follow government advice - so not necessarily applicable to all regions...

Importantly Sweden’s curve peaked and fell exactly like all the countries with lockdown policies - lockdowns did not change the peak and fall or behavior of the spread.

Currently it appears that Sweden will end up at maybe 0.05% - 0.06% population fatality rate as the season closes - they are falling steadily towards low daily levels.

Qui sera le premier à se rasseoir?

« Il est urgent de mettre fin à cette fuite en avant des politiques, incapables de reconnaître qu’ils se sont fourvoyés semaine après semaine depuis 6 mois” écrit un internaute. Certes, mais qui sera le premier à se rasseoir ? Référence à l’histoire ci-dessous. Je copie la transcription automatique des minutes 0.35 à 3 de la revue de presse 248 de Slobodan Despot (Antipresse).

La plupart des angoissés, psittacosés du moment ne veulent pas voir cette fuite en avant, ce mimétisme crétin des experts et des gouvernants, qui se comportent comme s'ils vivaient en pleine ère stalinienne

Ecouter à partir d’ici : https://youtu.be/l9KxrxxXz5s?t=36

(J’ai ajouté la ponctuation)

« Dans l’Archipel du Goulag de Soljenitsyne on nous raconte comment on avait organisé une réunion du soviet donc du conseil d’une grande usine quelque part dans les provinces russes.

Le directeur de l’usine avait fait un grand discours suivi d’un discours du secrétaire du parti sur les succès immenses de l’industrie soviétique

Evidemment ce discours se concluait par une salutation appuyé au génie du camarade Staline

A la mention du nom de staline tout le monde se lève et se met à applaudir et on applaudit et on applaudi et on applaudit et tout le public , toute l’assemblée de l’usine applaudit

Il ya les ouvriers, il ya le directeur, il y a les ingénieurs, il y a les vétérans de la guerre (la première guerre), les vieux communistes.

Tout le monde est debout, tout le monde applaudit . Il se passe cinq six sept minutes.

On ne sait pas comment arrêter l’applaudissement

C e qui se passe est que les plus anciens, ceux qui n’arrivent plus à tenir debout finissent par tomber. Ils tombent inanimés, ils sont dans les pommes. On les emporte.

Les autres restent debout parce que c’est très gênant d’être le premier qui s’arrête d’applaudir. Au bout de 11 minutes, nous dit Soljenitsyine, au bout de 11 minutes, le directeur de l usine se dit bon voilà , ça suffit, onze minutes d’applaudissements pour Staline. Ils arrêtent. C’est à ce même moment, au moment où le directeur de l’usine s’est rassis, que tout le monde s’arrête d’applaudir. La seconde d’après, toute la salle était assise sur sa chaise. Ouf ! me direz vous. Le seul problème est que le directeur qui avait donné le mauvais exemple a été accusé de critiques et de scepticisme . Il a pris pour dix ans de goulag. Voilà ce qui arrive lorsqu’on est le premier à se rasseoir quand tout le monde est obligé d’applaudir. Je ne sais pas si vous voyez une analogie quelconque avec la situation dans laquelle nous vivons. »

Qui sera donc le premier à se rasseoir ? Qui en aura le courage ? Au moins la PM danoise a reconnu ses erreurs, la norvégienne idem, dès le mois de juin. Ici, alors que, selon l’expression du professeur Perronne, on se demande quelle erreur nos élus n’ont PAS faite, je ne lis que déni. On ne leur demande pas d’aller à Canossa. Une simple reconnaissance d’erreur de jugement.

La crise de nerfs du ministre de la santé français

Pour nos chers millenials, qu'ils comprennent que la crise que nous venons de vivre est produite par les mêmes qui crient! Ou la faillite retentissante d'un projet ordolibéral...

10.11 Une réponse en image et en texte à un élu halluciné qui délire en plein discours à l’assemblée française (Olivier Véran, ministre, tout récemment), et qui nous sort des arguments que j’ai lus chez tant de Madames Michu depuis 6 mois: «taisez-vous, il y a des morts!*.

En réponse donc à la crise de nerfs d’Olivier Michu, une réponse du terrain ci-dessous, par Zlot Ievn Lel. Qui date de mi-avril! Comme quoi il n’y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas voir.

* En réalité: il cite un jeune de moins de trente ans qu’il a vu dans le coma, biais cognitif de l’anecdote s’il en est et « C’est ça la réalité mesdames et messieurs les députés. Si vous ne voulez pas l’entendre, sortez d’ici, SORTEZ D’ICI », sur un ton parfaitement hystérique. Et après, il se fait pipi dessus si les députés ne sortent pas? de l’hémicycle qui l’a invité, lui?

Zlot Ievn Lel, 17/4

Salut, ça c’est moi pépouze entre deux cafés, je suis infirmier aux urgences. Je pose avec ce graphique que vous avez probablement tous vu. Celui de l’évolution de l’épidémie en fonction d’un confinement ou pas et cette ligne horizontale indiquant notre capacité de lit maximale en France. Regardez bien cette ligne surlignée, on en reparle à la fin :

Cela fait maintenant plus de 10 ans que je trimbale mes baskets auprès de malades. Ce qu’on vit depuis 2 mois est particulier mais ça fait 10 ans que je vis des journées de dingue, parfois apocalyptiques. 10 ans que je vois des patients qu’on ne peut pas soigner correctement par manque de moyens : pas assez de personnel, pas assez de places. Inutile de vous décrire des centaines d’anecdotes relatives au délabrement du système de santé public, j’en ai trop. Nous sommes descendu dans la rue cet hiver, le gouvernement actuel à envoyé les CRS nous gazer la tronche et nous casser la gueule alors qu’on ne réclamait rien d’autre que pouvoir soigner les gens dignement.

En 10 ans, le gouvernement a fait supprimer 70 000 lits d’hospitalisation.

En 2004, la France a instauré un système de rémunération à l’acte appelé T2A (dans le groupe de travail installé à Courchevel pour l’occasion, figurait un certain Emmanuel Macron). La tarification à l’acte place les hôpitaux et cliniques privées en concurrences, les actes rapides (imagerie, chirurgie ambulatoire) rapportant plus que des soins longs non « chiffrables », il devient plus intéressant de prendre en charge de petites pathologies plutôt que des maladies chroniques. Profitant d’investissements privés et de défiscalisations organisées, les cliniques peuvent mettre l’accent sur les soins qui « payent ». Alors que l’hôpital public lui, doit soigner tous les individus aux pathologies longues et non « rentables » dans le système T2A. De plus, depuis 10ans, les contraintes budgétaires menées par les différents gouvernements ont imposé 8 milliards d’Euros d’économies (ça en fait des masques) à l’hôpital public. Tout semble fait pour détruire l’hôpital pour favoriser les structures privées.

On galère à l’hôpital parce qu’on manque cruellement de tout, des patients meurent par faute de lits, aucun moyen n’est investi dans la prévention, dans le suivi à domicile et dans l’accompagnement des plus fragiles. Pas une journée aux urgences sans violence, sans insultes, sans menaces. Je n’en veux pas aux patients agressifs (psychotiques, drogués, marginaux), souvent victimes d’un système social qui les abandonne. Ceux-là ne s’arrêtent pas de souffrir durant le confinement hein.

Je ne vais pas m’étendre sur tout ce qu’on a fait depuis la crise du Covid-19, vous en avez tous eu des images. Je confirme le manque de matériel, l’improvisation et l’amateurisme total de notre gouvernement, ce non-professionalisme étant heureusement sauvé par des médecins, des chefs et des collègues extrêmement efficaces.

En réponse à tout ce que le gouvernement nous fait subir depuis des années et face à leur incompétence qui nous a TOUS mis en danger, ils nous proposent une prime. Une prime. Un chèque plus ou moins élevé selon qu’on ait oui ou non travaillé auprès des malades du coronavirus. Meilleur moyen de nous diviser par ailleurs. Mais :

CE N’EST PAS CE QUE NOUS VOULONS !

Nous souhaitons :

_ plus de personnel médical et paramédical

_ un nombre conséquent de personnels paramédicaux dans les administrations d’hôpitaux et d’agences régionales de santé

_ la fin de la tarification à l’acte et de la managérisation de nos hôpitaux comme des start-ups

_ la fin de la production des médicaments hors de France. L’ouverture de laboratoires publics à but non lucratif pour produire les médicaments génériques sur notre territoire.

_ une revalorisation salariale. Les syndicats réclament 300€ net, avec ça on serait toujours dans la moitié la moins bien payé des pays de l’OCDE. C’est dire si en effet, comme semble le « découvrir » Mr Macron, nous ne sommes absolument pas payé à la hauteur de notre travail.

_ la mise en place de structures de suivi à domicile avec de vrais collaborations pluridisciplinaires afin de désengorger les structures.

_ un réinvestissement massif dans le secteur de la recherche à but non lucratif, CNRS entre autre.

_ de la vraie nourriture pour les malades et pour nous

_ une super machine à café de bâtard, recharge illimité

À vous qui nous applaudissez à 20h, je vous demande de ne pas vous laisser berner par les faux airs larmoyant de nos dirigeants, par leur fausse empathie et leur hypocrisie manifeste. Posez vous les bonnes questions, est-ce normal qu’on glorifie les dons privés ? Des repas, c’est le ministère de la santé qui aurait du penser à nous en apporter. Aucun journaliste n’a critiqué le niveau de cette ligne horizontale que j’ai surligné, or, si nos dirigeants n’avaient pas drastiquement coupé dans le budget de la santé, cette ligne serait beaucoup plus élevée et nous aurions pu soigner beaucoup plus de malades. Il y a 30 ans en France, on comptait 11 lits de réanimation pour 1000 habitants, seulement 6 en 2019.... Si les hôpitaux ont tant souffert ce n’est pas la faute d’un pangolin, c’est de la faute des gouvernements. Si autant d’individus sont morts, c’est aussi de leur faute.

Quand il est malade, le vice-président du PTB est un enfant de 6 ans

(PTB: Parti des travailleurs belges)

Très intéressant de décoder la lettre ouverte ci-dessous. Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi?

On sait que le fonctionnement de notre société induit ce type de comportement/témoignage/déballage/exhibition. Mais pourquoi une telle désinhibition chez un politicien?

Pourquoi ne pas se soigner au début, on le sait depuis 6 mois qu’il faut intervenir très vite. Ou alors j’ai mal lu.

Pourquoi une telle tartine sur une maladie qui dure 9 jours? et qui laisse un peu patraque... comme la plupart des grippes fortes que j’ai vues autour de moi depuis 40 ans que je suis adulte. Certains de mes proches les tirent 3 semaines, j’ai la chance de m’en sortir en 5 jours généralement.

Quelle utilité de s’étaler sur un épisode similaire, comme si on était fier de ne pas s’être soigné, un vrai Superman.

«Pourquoi ? Parce que c’est une secte et qu’il faut l’avoir eu, la sainte covid. C’est comme un rite initiatique et plus ils peuvent dire qu’ils ont morflé mieux c’est perçu par le groupe avec des galons pour ceux qui sont passés en usi.

Tout y est de ce mythe COVID! L’angoisse, la culpabilité, l’altruisme mal placé, l’hypocrisie, la médecine par téléphone, le sacrifice, la moralisation..»

Arrêtez d’hystériser ce covid, c’est l’humain qui s’est niqué l’immunité au fil de la modernité et qui l’a achevée avec la terreur générée par les nouvelles anxiogènes et les décisions arbitraires incompréhensibles.

Ajoutez le manque d’oxygénation et vous avez la recette pour qu’un homme adulte reste au lit 9 jours pour un corona.

Le covid est le nouveau bouc émissaire: c’est lui qui est responsable de tout. Pas nous, oh que non, pas nous. Et certainement pas les décisions officielles de laisser les malades s’aggraver...

Nous réagissons comme des enfants de 6 ans.

Cette anecdote pour démontrer à ceux qui débarquent en politique que les plus matamores des politiciens perdent tout discernement quand ils sont confrontés au réel: la vie, la maladie, la joie, la mort. Faut refaire la baraque de fond en comble, ma parole! Et si nous avions eu une vraie crise (genre explosion de centrale nucléaire)? J'en frémis!

David Pestieau, 5/11

"J’ai testé pour vous ces derniers jours le Covid-19. Confirmation : c’est une belle petite saloperie.

Comme une amie m’a dit que le Covid «c’était un peu abstrait», je vous raconte (sachant que chacun vit les choses différemment) :

Vous avez pourtant bien fait attention avec le respect des règles et pourtant à cette mauvaise loterie du Corona vous avez le droit d’en être. Mais vous vous demandez pourquoi?

Vous vous demandez bien vite qui vous a infecté. Vous voilà procureur.

Mais puis vous vous sentez vite coupable car vous vous demandez qui vous avez peut-être infecté. Des êtres qui vous sont chers.

Et puis surtout vous êtes plongé dans l’incertitude. Votre test sera-t-il positif ? Et puis dans cette loterie, vous avez tiré quel numéro ?

Le chanceux avec un nez qui coule, le mauvais, le très mauvais qui vous conduira à l’hôpital comme le fils d’un ami proche, l’ultra-mauvais qui vous conduira intubé aux soins intensifs,...

Alors ce Covid-19 vous enserre. Petite fièvre, maux de tête, fébrilité, cela commence comme une grosse grippe. Puis plus les jours passent et plus vous vous enfoncez. Tous les symptômes passent, vous sentez revivre toutes les maladies que vous avez eu les 30 dernières années. Le réveil en sueur en pleine nuit, les nausées. Avec des moments de répit, puis des rechutes. Comme de vraies montagnes russes.

La fièvre monte, vous sentez des douleurs à la poitrine, le souffle devient court surtout quand vous parlez au téléphone ...cela ne semble pas vouloir s’arrêter: cinquième, sixième, huitième, neuvième jour...

Et vous vous dites que ce n’est vraiment pas le moment d’aller dans un hôpital où les blouses blanches semblent au bord de l’épuisement et du débordement. Mais vous n’avez évidemment pas de prise sur cette loterie.

Et puis vous vous apercevez que cela se stabilise. 12 heures, 24 heures, 36 heures sans fièvre... Vous pouvez sortir prudemment quelques instants. Vos jambes sont coupées, la fatigue est forte mais vous sentez que le virus est parti, qu’il a bien endommagé votre corps mais vous laissez le soleil hivernal vous caresser le visage, vous pouvez commencer à récupérer,...

«Faudra encore quelques jours de repos, ne recommences pas trop vite» me prévient la docteure du peuple au téléphone. On sera patient, on a eu la chance de s’en tirer.

Bien sûr, cela aurait pu être pire. Je n’ai pas eu le pire numéro de la loterie. Loin de là. Mais quand même.

Il y a des pays* où la malchance d’être participant à ce jeu macabre est dix fois, cent fois, mille fois moins grande qu’ici. Car le virus circule moins. Par des choix politiques de santé publique. Par un testing massif, un suivi de contacts de première ligne, des soins publics préventifs.

Alors restez prudents les ami.e.s (le reste de la famille va entre-temps mieux merci).

Mais faites en sorte que les chances de participer à cette mauvaise loterie diminue fortement. Cela dépendra de nos gestes quotidiens mais aussi de notre capacité collective de changer la politique sanitaire de notre pays. À très bientôt (et rassurez-vous, je ne suis plus infectieux;-) et merci à toutes et tous pour vos marques d’affection #prenonsoindesautres

* Nouvelle-Zélande, Chine, Vietnam, Japon, Corée du Sud,..."

Martine Wonner au Parlement

8/11 Le Parlement n’est plus fréquenté que par des fantoches... sauf les quelques courageux comme le dr Martine Wonner, qui tance ses collègues: «vous avez renoncé.... vous avez renoncé...» (suit la série de renoncements) - à l’occasion d’un vote de «loi d’urgence».

A Bruxelles, on a un mot intraduisible pour ces députés: vous êtes des flâve pei!

Martine Wonner, 8/11

"38 CONTRE et 154 pour la prolongation de l’état d’ urgence sanitaire jusqu’au 16 février 2021 et des mesures effectives transitoires jusqu au 1er avril 2021.

Le gouvernement va continuer d’imposer à 67 millions de français des mesures disproportionnées.

Le confinement ne soigne pas et aucune évaluation n’a été faite de l’ efficacité des mesures et de leur impact en matière économique.

Depuis mars les conséquences de l’ insuffisance voire la non prise en charge des cancers, pathologies cardiovasculaires et autres pathologies chroniques sont très importantes.

L’ impact social et systémique de ce 2ieme confinement est déjà énorme .

Les français veulent pouvoir se traiter précocement ou être hospitalisés dans de bonnes conditions, tous travailler, se divertir, faire du sport, lire, s’ aimer, VIVRE.

Ce gouvernement ne tient compte d’aucun avis contradictoire. Quelles sont ses véritables intentions?"

Média- & médicocratie versus populisme?

Millenials. On continue dans la compréhension des enjeux médicocratie (lié au chapitre La société technique folle ou la techno-hygiénocratie). Je suis populiste et souverainiste, en conscience, et fière de l’être.

Comment faire le lien entre populisme et médiacratie + médicotechnocratie?

Ecouter en vidéo le Canard Réfractaire dans «Brève réhabilitation du populiste - Le diplo’ d’Août»

-> https://www.youtube.com/watch?v=7aMwDZ969SAt

Il se base entre autres sur «Les populistes américains contre le lobby des médecins» dans Le Monde Diplomatique (pour abonnés)

-> https://www.monde-diplomatique.fr/2020/08/FRANK/62105

Millenials et politique: comprendre les systèmes

Essentiel à mes yeux que les plus frais débarqués en politique comprennent comment les systèmes s’agencent, comment le macronisme ne pouvait que terminer en ceaucescunie.

Il est trop tentant de se focaliser sur des personnes, mais c’est vain. Un pantin remplacera l’autre dans ce théâtre fatidique. Il faut penser système.

Qui mieux que Juan Branco pourrait l’expliquer?

Dans cette entrevue-ci, cette graine d’énarque vite repentie, brillantissime et pas seulement vernissé comme ses camarades de classe, nous dévoile le système macronie. C’est limpide. Il est aidé en cela par l’excellent Daniel Mermet.

On comprend que nous ne sommes plus face au vieux schéma politique des copains/coquins qu’on a fini par accepter, citoyens résignés, mais qu’il faut repenser le système autrement pour avoir une chance de le démonter, rouage par rouage.

«Juan Branco désosse Macron» (émission Là-bas si j’y suis)

Millenials et systèmes, la suite

Encore une vidéo, millenials obligent. Ce cher Greg Tabibian fait une revue de presse régulière, face écran, ambiance «seul en scène humoristique». Une leçon de journalisme pour nos medias actuels: allez, les petits loups, reprenez un peu d’acerbe et de piquant dans vos chroniques, prenez exemple sur Greg. Faites-nous des historiques des annonces et mensonges qui se suivent, comme il le fait (un boulot de titan!).

Ne vous y trompez pas: il s’amuse à moquer des personnes politiques, mais il pense système. Ce serait difficile de faire rire avec une critique du système. Ce mec joue le petit gars de la rue, mais il est d’une culture philosophique, symbolique, historique et politique remarquable.

Je reprends sa vidéo sur Véran en crise de nerfs au parlement, car ce moment était, pour moi, une bascule dans la révélation corona

«Véran VS Soignants, Barbier VS Dignité & Moreno VS Machos !»

>

 

Systémique d’une crise, avec Franck Lepage

Pour analyser la systémique de la crise actuelle et des «incohérences» des élus, suivre l’interview en trio: «La crise du coronavirus vue par Franck Lepage et Cie» (collectif L’Ardeur) chez Taddei.

«On entre dans le fascisme démocratique» me plaît comme formulation, mais le décryptage du néolibéralisme va beaucoup plus loin dans cette vidéo.

Je relaye parfois des avis parallèles que je ne valide pas (mantra: biodiversité culturelle), mais ici, je pourrais tout transcrire en personnel. We lllllove you Franck!

En parties:

Où est la gauche en crise corona?

Amis de la gauche, bonjour! Sur ce compte, on a beaucoup imaginé les raisons pour lesquelles la gauche est si muette en crise corona, face à ces mesures liberticides. J’ai abondé dans un sens exagéré, je pense.

L’explication de Franck Lepage dans la vidéo ci-dessus est bien plus simple: subtilement, depuis des années, le système rejette les critiques stratégiques comme émanant de la fachosphère. Pas un radical de gauche ne voudrait s’y voir associer. Depuis le début de la crise corona, systématiquement, les critiques sont qualifiés de «facho» (l’ancien terme de rejet d’argument, avant qu’on ne trouve «complotiste»): trouillomètre à zéro chez les tenants classiques de la gauche, trop peur d’être qualifiés de ce terme.

Ah, voilà donc pourquoi je ne lis presque que des voix anars depuis mars: n’étant d’aucun bord particulier, ils ont l’habitude d’être catalogués à tort.

Ah voilà donc pourquoi le PTB belge ou les Insoumis français s’attachent à des détails d’intendance, histoire de ne pas regarder les choses en face: Raoul et Jean-Luc, vous êtes de sérieux couards, ma parole.

Manque d’esprit critique de la gauche en général quant au récit médiatique covidien

Je continue à ne pas comprendre le rapport de la gauche à la «crise sanitaire». Quasi tous ont l’air de croire vraiment à la sanitude de cette crise, de refuser de voir qu’il s’agit d’une crise économico politique.

J’en veux pour preuve la formidable jeune Tatiana Ventose, commentatrice critique des actualités, radicalement à gauche.

Il faut voir le décodage qu’elle fait avec ses copains commentateurs politiques de Le Fil d’Actu : ils ont été invités par la Commission européenne pour découvrir leur structure, leurs services, leurs problèmes de comm’ et de rumeurs; et leur servir de relais youtubeur. Ceux qui les ont invités devaient avoir abusé de xanax/vodka ce jour-là, car ils ne savaient de toute évidence pas qu’ils n’invitaient pas des perdreaux de l’année. Le reportage est acide dans ses critiques, les jeunes parlent carrément d’une structure digne de l’URSS des belles années, si pas de 1984. Reportage: https://www.youtube.com/watch?v=_JKKgy4NOWc

Pour les personnes peu familières avec la techno-bureau-cratie, c’est une vidéo éclairante, qui peut servir d’alerte aux complotistes d’ailleurs: on y voit que les technocrates vivent hors sol, qu’ils s’agitent un peu comme des hamsters dans leur roue. Les complotistes qui croient à une conspiration feraient bien d’ouvrir les yeux: on est plus souvent au Festival des Andouilles, déconnectées du réel, que face à des comploteurs conscients.

Mais ... dans https://www.youtube.com/watch?v=Lz1HocGMH7k voilà t y pas que Tatiana valide carrément le confinement? comme mesure utile pour une «crise sanitaire majeure»? J’ai arrêté la vidéo à la moitié, les yeux et les oreilles se fermant de lassitude face à tant de platitudes.

Où est ton discernement choupinette, ce discernement si pointu dans tes autres analyses?

Je sais qu’au sein de cette crise covid chacun tire la couverture à soi, elle en profite pour tirer sur le gouvernement. Mais il est drôlement décevant de voir toute cette gauche (notre parti des travailleurs belges aussi, Raoul Hedebouw en tête) entonner la chanson apocalyptique du virus, sans relire la doc calmement, à tête reposée.

A un moment, j’ai eu un sursaut d’espoir politique en voyant la force intellectuelle de youtubeurs de cet acabit, plus profonds que bien d’autres. Et là, bardaf, c’est l’embardée (hommage à Manu Thoreau): le chaos a de beaux jours devant lui si même des jeunes, si frais, sont aussi gélifiés dans leurs analyses quand la peur s’en mêle...

Sur ce sujet, j’ai lu un éclairage intéressant chez Antipresse: «La covid-orthodoxie de gauche, ou la pensée de l’essaim». Article de l’éditeur Werner Reichel, traduit de l’allemand, dont certains termes me font sursauter mais bon, liberté d’expression.

Sur abonnement hélas*, je ne peux trahir l’équipe en copiant/collant la totalité. Il vous reste à vous abonner à l’Antipresse.net, leur magazine est riche et passionnant. Belle écriture, un délice.

L’essentiel en un extrait:

«Mais en vérité, la gauche et les opportunistes font effectivement partie – non pas d’une conspiration – mais de l’État profond, donc d’un réseau politique, d’un très grand mouvement social, et qui est d’une grande longévité. Qu’ils en soient conscients ou non.

L’État profond n’a pas besoin de meneurs qui tirent les ficelles. Il n’a besoin de personne pour diriger le réseau de façon centralisée. Il a justement ceci de typique qu’il est indépendant des personnes et des intérêts particuliers. L’État profond, ce sont les forces qui définissent l’orientation de l’évolution sociétale indépendamment du pouvoir politique du moment. Il fonctionne comme un vol d’oiseaux ou un banc de poissons.

Quand l’esprit de meute sert de GPS

Un vol d’oiseaux ou un banc de poissons n’ont pas de meneur. Personne n’explique à la sardine ou à l’hirondelle individuelle ce qu’elle doit faire. Un banc de poissons se forme et fonctionne sans chaos parce que chaque petit poisson sait instinctivement quel mouvement ou quel changement de direction il doit accomplir. Chaque sardine se cale sur le comportement de ses voisines immédiates. Celle qui sort du banc risque d’être dévorée par des prédateurs.

Cette peur fatale du petit poisson est partagée par la grande majorité des humains. Eux aussi ont peur de sortir du banc, d’attirer l’attention de gens qui désapprouvent leurs avis «contestables» dans leur entourage social. Tout comme pour la petite sardine, leur écart pourrait avoir des conséquences fatales. Qui veut rester dans le banc et avoir un futur, suit tout mouvement du banc sans beaucoup y réfléchir.»

* Abonnez-vous: https://antipresse.net/abonnements/

Capital de lire ce commentaire par Jorge Palma, sous un de mes derniers billets hier 6.11, où je demandais pourquoi les gens de gauche, en général, font leur si naturellement l’idéologie dominante en matière sanitaire

«Je pense que la bonne réponse est à chercher chez Castoriadis. Le problème est d’ordre épistémologique.

La gauche est née autour de et reste attachée à l’idée de progrès. Elle a de l’admiration pour la pensée scientifique conventionnelle qui rend possible le progrès matériel et a tendance à voir la démarche scientifique comme neutre et libre de conflit d’intérêt, perdant de vue la démonstration de Habermas en ce sens que, comme toute activité productive, la production scientifique est un acte en situation soumis aussi à des conditions sociales de production. En effet, c’est parce ce qu’il y a le moteur du profit financier que la médecine moderne est devenue une médecine de la molécule. En axant son action dans la recherche de molécules, elle trouvera des molécules car, on trouve ce que l’on recherche mais, ce faisant, elle passera à côté de voies plus prometteuses et termes de santé mais, inintéressantes en termes commerciaux.

De ce fait, la gauche perd de vue que la science n’est pas neutre et qu’elle fait partie de l’idéologie dominante du capitalisme. Ainsi, la médecine conventionnelle, en tant que fille de la science, est vue par les gens de gauche comme parée des mêmes qualités attribuées naïvement à la dernière.

Face à une épidémie, la parole des «experts», venue de la neutralité de la science, sera donc la seule voix autorisée pour la plupart des gens de gauche, de la social-démocratie à l’extrême gauche.

Castoriadis va plus loin, lui. Pour lui, c’est le mode de pensée identitaire ensembliste occidental dominant, lui-même, la lignée Aristote-Descartes, qui empêche, y compris, voire surtout, la science, de sortir du cercle vicieux nous barrant l’accès à la pleine autonomie et à une société émancipée. Et, gauche et droite ont en commun de raisonner à l’intérieur de la pensée occidentale identitaire ensembliste dominante (qui non, par ailleurs ?), et d’avoir un rapport scientiste à la science.

Ce n’est pas par hasard que gauche et droite sont également productivistes et pro-croissance. Pas étonnant non plus que ces médecins très dévoués de «médecine pour le peuple» n’aient aucune critique de fond à adresser à la médecine conventionnelle, la médecine des molécules (qu’est en réalité la médecine du capitalisme dominant), et que leur but soit essentiellement de la socialiser, dans le sens de la rendre accessible à bas prix aux classes populaires.

Ajoutons à cela une particulière sensibilité au discours de la peur et, tout est fait pour qu’aucun espoir ne soit envisageable de voir les gauches adopter une position critique vis-à-vis du mode de gestion de la crise sanitaire (sauf sur des aspects factuels comme nombre de lits et de personnel, salaires, matériel de protection..), moins encore de visualiser la menace totalitaire actuelle. Peu de gens, y compris à gauche, dénoncent l’illégalité des mesures restrictives et la plupart accepte les pertes de libertés, au nom de la sécurité.

Une intervention de Mélenchon au parlement français pourrait être un début d’exception.

Quant aux comploteurs conscients, cela ne veut pas dire qu’ils n’existent pas mais, ce n’est pas à ce niveau là --des exécutants à leur insu (un complot, pour qu’il marche ne doit être connu que par un cercle très restreint)-- qu’il faut les chercher. «

NB. J’ai juste rajouté quelques retours lignes pour la clarté de lecture. Merci Jorge, très éclairant.

Jorge a joint cette vidéo de JL Mélenchon à l’Assemblée Nationale le 4 novembre 2020: «Macronistes : vous limitez les libertés individuelles et collectives» au cours de laquelle ce dernier, très subtilement, souligne que les membres du Conseil de Défense qui a pris les rênes de la crise sanitaires ne sont pas aussi exonérés des responsabilités qu’ils le croient - par un défaut légal que Méluche souligne mine de rien. Cela devrait refroidir les ardeurs des Castex, Parly et Véran qui font partie de ce Conseil.

Comme toujours avec ce cher Jean-Luc, une leçon de politique en quelques minutes!

-> https://www.youtube.com/watch?v=bvoOLKCV6Bw

 

 

Copains & coquins en politique, épisode 1214

Merci à Marianne. net de nous tenir informés et de faire connaitre au grand public les dérives d’un état centralisé à l’extrême, sans contrôle. Je continuerai à militer pour un retour au local, seul mode de vivre ensemble possible et tenable. Et pour un contrôle citoyen accru sur les activités des élus.

Je relaye un article de début 2019, mais il ne change rien à la donne: c’est ainsi que va le monde aujourd’hui. Le politique délègue la rédaction de lois au privé. C’est inacceptable du point de vue d’une politique démocratique. Dire qu’on est vérolés à coeur par une technocratie obèse: Edouard Philippe ne pouvait trouver les bons conseils au sein de son administration?

«Quand le gouvernement paie un cabinet privé pour rédiger sa loi… qui sera flinguée par le Conseil d’Etat. Quand le gouvernement paie un cabinet privé pour rédiger sa loi… flinguée par le Conseil d’Etat»

Au Québec, c’est la firme McKinsey qui était chargée du déconfinement. Une firme? Pour les non initiés, les cabinets privés facturent allègrement des 5 à 8000 euros par jour (oui! par jour)

C’est Marianne.net aussi qui avait révélé que la gestion du déconfinement avait été confiée à un cabinet privé, qui est au surplus une sous-officine américaine liée au Mossad, du nom de Bain & C°, dont le coeur de business est le conseil en stratégie mondiale. Le lien avec le sanitaire?

Sources:

https://www.marianne.net/politique/quand-le-gouvernement-paie-un-cabinet-prive-pour-rediger-sa-loi-flinguee-par-le-conseil-d

https://www.marianne.net/politique/coronavirus-le-cabinet-prive-qui-pilote-la-strategie-de-depistage-de-la-france (30/4/20)

Suite du billet sur les copains/coquins qui sont devenus de simples dealers, pardon patrons de superette.

. Belle intuition de ma part de partager ce billet ce matin, car je découvre ceci à l’instant:

«Le gouvernement français travaille avec des consultants de McKinsey & Company sur la tâche massive de vaccination des 67 millions d’habitants du pays.

Selon un rapport de Politico - qui a consulté des documents internes - les consultants de McKinsey & Company ont été assis à la table de stratégie depuis que le plan a été dévoilé début décembre, et peut-être même avant.

Dans son rapport, Politico a cité un fonctionnaire du ministère français de la santé, qui a révélé que McKinsey conseille de «définir le cadre logistique, d’établir des comparaisons logistiques avec d’autres pays et de soutenir la coordination opérationnelle du groupe de travail» pour le déploiement à l’échelle nationale. «

(traduction automatique).

Pour info, McKinsey facture de 8000 à 12000 euros par jour de prestation.

Que font les brillants administrateurs français? Ils ne se révoltent pas qu’on méprise ainsi leurs talents? Révoltez-vous, voyons. Exigez qu’on vous confie à vous la stratégie, pas à un cabinet privé. Qui coûte un pognon de dingue, ami Pinocchio!

 

Source: https://www.consultancy.eu/news/5499/french-government-hires-mckinsey-to-support-vaccination-rollout

En Belgique, où l’administration est encore plus obèse, La Wallonie se cherche un consultant pour l’aider dans la phase de vaccination (15/12). Il faudrait vraiment qu’on milite pour instaurer un Code de l’inspection populaire, qui définisse comment les citoyens peuvent surveiller les élus. Nous avons une admin’ obèse en Belgique et il faut encore payer du privé? Il s’agit d’établir une forme de contenance, qui cadre les élites. Elles sont parties en free style, là.

source: https://www.lalibre.be/belgique/societe/la-wallonie-se-cherche-un-consultant-pour-l-aider-dans-la-phase-de-vaccination-5fd8a13c7b50a652f78ab4f3

Anne-Sophie Chazaud et les teufeurs 2.2.2021

J'adore la plume de Chazaud, alors voilà:

Ouin ouin, y’en a des qui font rien que danser pendant que nous on se soumet !

Permettez-moi, même si j’imagine que mon point de vue déplaira à certains, d’être littéralement atterrée par ce cinoche grotesque depuis 2 jours au motif que quelques teufeurs ont décidé de braver les mesures liberticides de l’ordre sanitaire ambiant.

Je me fiche totalement de savoir si ces gens sont des punks à chiens d’ultra-gauche ou de la planète Mars (d’ailleurs, j’aime bien les chiens et pour moi Punks not dead and will never be dead...).

Les couinements et pleurnicheries auxquelles on assiste sont révélateurs de la petitesse et de la bêtise du débat collectif auquel beaucoup se sont avec une grande facilité laissés réduire.

Cela fait des années qu’à chaque réveillon la racaille brûle des voitures, détruit, casse tout, gâche la fête, cela s’est évidemment reproduit partout cette année, mais non, le grand scandale, le gros bidule monté en épingle de toutes pièces afin de faire diversion mais aussi afin de galvaniser les moutons frileux dans leur obéissance ridicule aux prescriptions de l’ordre sanitaire, c’est que des jeunes aient décidé de faire la fête un 31 décembre.

Rien que le titre qui s’étalait partout le 1er janvier dénonçant les «fêtes illégales» (car, oui, nous vivons à l’heure ahurissante des «fêtes illégales», il faut quand même bien le voir pour le croire : fête = illégal), aurait dû mettre la nausée à tout le monde.

Mais non. Les moutons bien dressés bêlent, et avec cette petite touche de convoitise égalitariste si ridiculement propre à la mesquinerie hexagonale : «nous on a courbé l’échine mais pas eux, ouin ouin c’est trop injuste».

Le pire étant lorsqu’une xième toubib télévisuelle (qui visiblement n’a pas dansé depuis belle lurette et serait bien inspirée de s’y coller un peu) est venue réclamer des mises en prison pour les dangereux fêtards : pourquoi pas carrément le pal, le supplice public de la roue ?

Et la droite la plus bête du monde d’enfourcher son canasson préféré de «l’Ordre». Quel ordre, au juste ?

Moi je trouve ça très bien que des gens dansent et s’éclatent, et vive l’électro. Que je sache, ces jeunes n’ont pas emmené avec eux leurs grand-mères malades. Je ne vois donc pas le problème.

Quant aux lieux de convivialité et de vie nocturne, je réclame leur réouverture depuis le mois de mai, tant ils sont essentiels à l’équilibre psycho-social.

Il conviendrait donc non pas de réclamer à cor et à cris que tout le monde soit tiré vers le bas et l’hystérie sanitariste, comme on aime tant à faire en France, mais que tout le monde retrouve ses libertés normales.

Mais cela, c’est visiblement trop demander.

Pendant ce temps, après nous avoir bassinés sur un pseudo-complotisme de foire, on a réussi à vacciner Mauricette qui n’était même pas au courant et 2 ou 3 personnes qui passaient par là...

Quant aux racailles de la Saint-Sylvestre, elles dorment en paix, leur habituelle besogne accomplie.

Bon week-end quand même 😃

La propagande sent le sapin, chez Anne-Sophie Chazaud 1.1.2021

«La propagande sent le sapin...

Voici des mois que la gestion française de la pandémie est inepte. Faisant suite, dans notre cas précis, à deux ans de répression brutale de la fronde sociale sur fond d’éborgnages, d’estropiages, d’arrestations arbitraires, d’insultes, de mépris haineux, sous la houlette de ministres aussi incompétents que dangereux, couverts dans leurs basses oeuvres par le préfet à large casquette qui s’inspire de la belle besogne criminelle de Trotsky.

Les ministres se sont succédés, ou pas, et absolument TOUT a été nul : la comédie grotesque des masques, la gabegie des traitements et la haine anti-raoultienne, la nullité de l’organisation des tests, l’impréparation récurrente relative au télétravail, et tout à l’avenant.

À présent, après nous avoir bassinés avec de l’idéologie pour 1ère année de Sciences-Po (et encore) à quoi se résume désormais le débat public et qui est la seule chose que sache vraiment produire cet équipage politicard de seconde zone, au sujet de pseudo complotistes, antivax illuminés ou que sais-je, c’est la même nullité qui recommence avec la campagne de vaccination.

Et comme à chaque fois, en bon néo-libéral de foire, Macron, le chef de la bande, est toujours aussi prompt à privatiser les bénéfices (lorsque par miracle son action en produit, soit une fois par siècle environ) et à mutualiser les erreurs, voire carrément à les rejeter.

C’est donc, comme toujours depuis que la Macronie est en place, de la faute des autres si cela se passe mal : Emmanuel Macron toujours si prompt à dire «moi je» en toutes circonstances, -oubliant que nous n’avons pas (par chance) affaire à sa personne (dont on se fiche) mais à sa fonction-, oublie à chaque gabegie/nullité produite immanquablement par sa gouvernance, qu’il en est le chef d’orchestre, l’initiateur et la cause première.

Et la presse aux ordres de relayer ce cirque pathétique, ce grotesque jeu de rôles : attassion les petits nenfants, le grand Macron va se fâcher tout rouge !

Mais qui peut encore penser une seule seconde que le président, celui qui tout fiérot déjà pour l’affaire Benalla -si annonciatrice de la suite de cette piteuse mandature- demandait qu’on «vienne le chercher» (au moins alors lucide sur sa responsabilité dans ce bide total) ne soit pas au courant en permanence des décisions prises par les branquignoles dont il aime à s’entourer comme ministres ?

Ce petit numéro a assez duré.

Cette équipe macronienne est nulle et dangereuse, à commencer par son «chef» qui, s’il en était un vrai, comme il l’avait proclamé en tapant du pied par terre tel un enfant, s’entourerait de lieutenants corrects et les couvrirait, comme un homme, en cas de tempête.

Qu’on en finisse, et vite.

S’il y a un voeu à formuler pour 2021, c’est vraiment celui-ci.»


 Page 5 ou voir la table des matières du dossier
Retour au blog "Articles"