taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

   Les plantes sont beaucoup plus intelligentes que les animaux

30.6 Petit détour par la logique, pour le fun. A l'intention d'un camarade qui, malgré son Q.I. de 512, tend à écouter avec un peu trop d'attention les discours antispécistes.

"Les plantes sont les seuls organismes à régler réellement leurs problèmes. Nous autres animaux pensons résoudre nos problèmes mais, en fait, nous utilisons en général le mouvement pour les éviter"
Stefano Mancuso

Les plantes sont beaucoup plus intelligentes que les animaux, nous dit le neurobiologiste végétal Stefano Mancuso, qui étudie les stratégies fascinantes et méconnues développées par les plantes pour survivre sans bouger

Lire la suite dans l'article du magazine Le Temps

Pourquoi ce thème dans le dossier végé?

Tout d'abord, l'intelligence du vivant est passionnante en soi. Un proche m'a envoyé l'article sans commentaire, mais je décode son intention: je ne suis que mouvement et évitement. Il sait que ma terreur est d'être réincarnée en arbre qui ne peut bouger et qui a les pieds dans le froid humide. On comprend le clin d'oeil.

Ensuite, j'ai eu envie de partager cette info pour titiller la logique de pensée des récents mouvements véganistes qui s'inspirent des antispécistes.

S'il est vrai que les plantes sont des formes vivantes hypersociales, dont des neurobiologistes peuvent étudier l'intelligence; si l'on est attiré par le discours végane sur la foi de ce qu'il faut développer notre empathie avec les autres espèces; si l'on est un peu cohérent... eh bien il faudrait arrêter de manger les végétaux!

Petite démonstration, s'il en fallait encore, que le discours végano-antispéciste repose sur des émotions pures, pas sur de la raison. Petit refrain qu'il me plaît de chanter.

On ne survit pas dans ce monde et on ne sauvra pas cette planète sur la base d'émotions qui ne seraient pas contrôlées par un minimum de raison.

Signé: Jiminy Cricket. Ou Bagheera, j'hésite encore. Bagheera étant, dans le livre de la jungle, la voix qui rappelle les principes de survie à Mowgli et le freine quand il veut danser/jouer/rigoler avec le sympa Baloo sans penser au lendemain.

Cet argument vient s'ajouter aux autres discussions autour de la vanité de l'antispécisme. Je pense au raisonnement du philosophe Raphael Enthoven, entendu à la radio. Je simplifie: l'homme antispéciste est généralement végane, donc il s'abstient de manger ci ou ça ou encore ça. Aucune espèce au monde ne se prive de ce qui est sous son nez et facile à attraper. L'homme est donc spéciste pour sa propre espèce!