taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Mon planning Mini-max pains & fromages

27.8.18 Je ne prends pas beaucoup de temps pour la cuisine, mais j'aime manger de bonnes choses... En bon Jules pressé, je parfais le planning Mini-max de mon livre ci-contre avec un petit temps pour les pains et les fromages.



Quand j'ai des lubies "je fait tout chez moi", je confectionne du pain Mi-mi sans pétrissage, des yaourts, du fromage frais, des viandes séchées. Toujours sur un coin de table, pendant une vaisselle. Je n'ai pas le sentiment que cela me prend beaucoup de temps. Déroulement des opérations (pour le pain uniquement, voir ici)

Le soir, je sors du congélo 1 litre de lait cru de la ferme.
Un jour sur deux, toujours le soir, je verse dans un grand saladier le petit-lait du fromage de la veille, du sel, une pointe de levure, 600g de farine, je touille à la fourchette dix secondes (principe du pain sans pétrissage). Je couvre d'un linge et je laisse reposer à température ambiante. En été: la nuit suffira, en hiver, je m'y prends à temps, vers 6h du soir.
Ce pain se conserverait une semaine, en durcissant à peine, comme le pain au levain. Mais j'en fais un jour sur deux car il file à toute allure!

  Timing: 2 minutes, montre en main.
Le matin, je me lève bien plus tôt que la famille: 4h. Je verse le pâton de pain déjà bien levé dans un plat en acier, qui reste graissé d'une fois à l'autre (à la graisse de palme bio non hydrogénée). S'il en manquait, je graisserais et voilà. Je le couvre d'un linge et je le laisse monter deux heures dans le four.
A 6h: j'allume le four, je branche la minuterie et en 45 minutes le pain est cuit.

  Timing: 1 minute + le temps de laver le saladier.
A 4 heures aussi, le matin, je filtre le lait de kéfir de la veille et je verse du lait frais sur les grains. Je garde le lait de kéfir qui me sert de ferments à fromages.

  Timing: 1 minute, y compris rinçage de la faisselle de filtrage.

Même heure: selon ce que j'ai envie de faire ce jour-là avec l'ami lait, la procédure change.

  • Si je veux du yaourt, ça me prend du temps et de l'attention. Je le fais donc le samedi.
  • Si je fais du fromage frais (que je préfère d'ailleurs), c'est tout fastoche. Je vérifie que le lait n'est pas trop froid, sinon je le verse dans une casserole que je place sur un radiateur. Il coagule mieux > 22°C. Je verse un chlouc de lait de kéfir de la veille et une goutte de présure, je touille, je protège d'un linge. Et voilà. A 6h45, quand je défournerai le pain, j'égoutterai le caillé. Certes, l'idéal serait d'ensemencer à 4h, puis de présurer à 5h et d'égoutter à 6h. Mais je serai déjà à mon établi, j'oublierai.

      Timing: 1 minute.
Le samedi, je fais plutôt du yaourt. Cela me prend un peu plus d'attention. Je dois faire bouillir à tout petit frémissement le lait pendant 10 minutes à 1/2 heure, puis le laisser refroidir jusque 45°C. S'il est trop froid quand j'y pense (ce qui arrive souvent), je le réchauffe doucement. J'ajoute 1 cuiller à soupe du yaourt précédent. Je verse dans un thermos à embouchure large, je ferme bien. Demain matin, j'aurai mon yaourt sans lactose. Comme je l'aime type "cream cheese", le dimanche matin, je l'égoutte dans une étamine.

  Timing: pas long en soi, c'est l'attention au timing qui compte.
Une fois par quinzaine, le samedi matin, j'achète quelques pièces de viande, d'environ 600 grammes pour les sécher : lard gras, magret de canard, mignon de porc, etc. Bientôt la recette détaillée ici, avec la nouvelle formule de téléchargement via Greenshop. En résumé: je les mets en sarcophage de sel au frigo jusqu'au dimanche soir (même durée puisque je veille à avoir des épaisseurs similaires, environ 4-5cm). A ce moment-là, je les dessale, je les essuie, je les emballe dans les condiments qui m'inspirent, je les saucissonne dans un linge et zoup! en haut du frigo en été (la partie la plus chaude, chez nous, dans un frigo non ventilé), en cave en hiver. Je note la date sur le paquet, je sais qu'après 15 jours on pourra déguster.

  Timing: samedi, 1 minute pour saler (toutes les pièces sont ensemble dans un grand récipient); dimanche soir: 1 minute par pièce pour dessaler en première étape (puis laisser tremper 1/2 heure et changer l'eau toutes les demi-heures, 3 fois) et 5 minutes pour saucissonner et étiquetter toutes les pièces. En semaine, 30 secondes tous les deux jours pour vérifier que tout se passe bien sous les linges. Gare aux viandes qui pourriraient...

Je ne trouve pas cela lourd en organisation. Les quelques minutes que cela me prend sont compensées par la joie d'offrir des produits maison. Je n'ai pas inclus ce timing dans le Planning Mini-max du cuistot bio, qui est prévu pour les novices. A vous de vous approprier ce planning à votre mode perso.

 

NB pour le pain uniquement

Quand je dis que faire son pain prend le temps de se laver les dents, je vois bien des sourcils se lever. J'ai minuté pour vérifier. En gros c'est 45 secondes pour préparer le bol, verser la levure et le sel dans l'eau et touiller la farine à la fourchette. Puis couvrir d'un linge et mettre de côté. Evidemment, les filles mal organisées devront aller chercher la farine au garage, au stock ou les pointilleuses voudront vérifier les quantités précises alors qu'avec l'habitude je fonctionne au pif; les 45 secondes changeraient de figure...

Le lendemain matin, 40 secondes pour déverser le mélange dans mes deux moules et les positionner dans le four. Optionnel: laisser encore s'installer 2 heures. Sinon: directement dans le four froid, je branche sur 210°C et roulez jeunesse. En gros, comme me l'écrit Maya, cela prend moins de temps que d'aller l'acheter!

En réalité, on n'a pas besoin d'un livre comme mon Pain et pâtes ressourçants vu que c'est si enfantin, mais un livre de cuisine sert d'objet de transition, de rituel pour se rattacher à un groupe, une idée, un concept. Toujours mon vieux refrain ;)

 


  Retour au blog