taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

Un atelier pratique de discernement avec Christophe Brusset

22.11 Si, animateur de partages de savoir, comme mes amis de ça bouge à Houyet (savoirs au quotidien), je voulais organiser des ateliers de conscientisation du mangeur autour des enjeux alimentaires, je commencerais par une discussion ouverte autour des livres de Christophe Brusset, 25 ans de pratique dans l'agro-alimentaire international.



"Nourritures vraies"
nouvelle édition 2018


Les consommateurs n'ont plus confiance, c'est rien de le dire.

Ce n'est qu'une des facettes de la méfiance généralisée envers tous les pouvoirs, dont certains malveillants sur le net abusent pour désabuser précisément les citoyens. Le doute est souverain en philosophie mais il est toxique quand on est devant son assiette. Souvenir d'une copine de mon fils il y a plus de 20 ans, dans un snack en bord de mer: "Maman, je peux manger ça? C'est du vrai chocolat?". Elle n'avait que 7 ans et déjà elle vivait dans la méfiance. Snif.

Et si on travaillait plutôt à réinstaller la confiance?

Mais d'abord il s'agir d'ouvrir ses mirettes et ses pavillons.

 

Christophe Brusset est très connu pour son livre de 2016: "Vous êtes fous d'avaler ça ! : Un industriel de l'agroalimentaire dénonce". Le livre existe en poche, à moins de 8€. L'auteur expose la géopolitique de la malbouffe, le fonctionnement de l'industrie agro-alimentaire. Il dénonce les dérives, mais surtout il éduque le consommateur, l'aide à regarder la réalité en face. Le bouquin est riche en anecdotes, il est écrit en style léger, quasi familial. Aucune excuse pour se priver de le lire. Sauf si, cela se comprend, vous préférez ne pas savoir. C'est humain, ça se respecte.

 

Automne 2018, il continue à creuser le sujet avec "Et maintenant, on mange quoi? " (Un ancien trader de l'agro-alimentaire vous aide à faire les bons choix).

Pour ma part, j'adore les coulisses de l'exploit, je lis avec plaisir le Canard Enchaîné toutes les semaines. J'addddore. Je partage donc avec ceux-qui-veulent-savoir cette piste pour une information pointue sur les arrière-cuisines des industriels (mais sont-ce encore des cuisines? ce sont plutôt des labos de chimie) .



Vous n'aimez pas lire? En route pour des images qui bougent. Christophe Brusset parle de la filière agroalimentaire, octobre 2018, 3 minutes, très pragmatique:

Si le ton et le discours du bonhomme vous agréent, en route pour 3 heures d'interview : "L’agroalimentaire vu de l’intérieur, intoxication ?" , un direct YT par Thinkerview, publié début novembre:


Où l'on découvre mille chose mais surtout que non il n'y a pas de complot pour nous rendre malades, encore moins de collusion entre big pharma et l'agriculture folle pour nous piloter par désespoir interposé (je résume quelques bizarreries lues sur le net), mais que l'industriel pense à faire du blé. Et point. Non, les cadres de l'industrie (qu'il est encore) ne sont pas systématiquement cyniques, mais ils portent plus de loyauté envers leur boîte, plus proche d'eux, qu'envers des consommateurs ou des exploitants, désincarnés à leurs yeux puisque bien moins présents. Etc. Etc. Quand je vous dis que c'est une leçon de discernement!


Des ateliers?


Ces questionnements des consommateurs se font difficilement via l'écrit, sauf pour quelques personnalités atypiques.

Dans la toute première mouture de mon premier livre Cuisine nature... à toute vapeur, entre les recettes, je dénoncais les pratiques de l'industrie et de la distribution que j'avais découvertes à l'époque (1994).

Dans le focus group qui testait le livre (12 personnes, focus group qui était un souvenir de mes années en rédaction informatique), la moitié se sont insurgées ou se sont senties freinées dans leur élan cuisinier: ces exploits industriels les rebuttaient au point qu'ils et elles avaient abandonné la lecture.

Sotte que j'étais: écrire des recettes, dans l'esprit joie/partage/famille/amis et sur la même page écrire que monsieur grande surface n'en veut qu'à notre pognon! J'ai donc abandonné cette voie depuis longtemps, je garde mes infos pour moi. Ceux qui ont lu entre les lignes mon topo "Nourritures vraies" ont compris que j'avais de très bonnes sources pour énoncer de telles certitudes avec tant d'aplomb. Je ne dévoile pas les coulisses dans ce livre, je ne propose que des pistes pragmatiques pour contourner l'ubiquité de misteur lasagne.

Foin de l'écrit quand on doit toucher des zones aussi sensibles que le ventre et le coeur. Je pense que ce travail ne peut être fait qu'en atelier, en partage chaleureux et amical autour d'une bonne bière.