taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite


Mon livre
"Pour qui
sonne le gras?"


 

Blog & FAQs

 anciens extraits et inédits
  feuilleter la dernière version
  télécharger des extraits
  forum
septembre 2016: le dossier du mois a trait à la diète cétogénique, mentionnée dans ce topo
Comme le livre est enfin disponible, après ces quelques pages de FAQs, je marque la fin de mes réponses aux mails à ce sujet. Toutes les infos à ma disposition sont dans le livre ou dans ces pages. Merci de votre intérêt.


22.4 Copinage. Le 29 avril à 10h, à la CABA Biocoop d'Angers, venez apprendre quelles graisses utiliser pour qui, lors d'un atelier pratique de "thérapie alimentaire" avec Gabriella Tamas. Son credo : "il est possible d’avoir une énergie constante, une digestion facile, et allier santé et plaisirs de la table. C’est vous qui savez ce qui est bon pour vous, et si jamais vous êtes perdu, je suis là pour vous aider à retrouver votre chemin dans la jungle de l’alimentation santé."
Sur inscription. Espérons qu'il reste des places, j'annonce en dernière minute, je viens de voir l'annonce sur le blog. L'affiche est divine, au surplus!
Lire la suite sur le site de Gabriella
.


13.1 Des biscuits aux graines de lin?


25.9 Lire la brillante réponse de Maya Dedecker, après la publication dans Le Soir belge d'un article: "L'huile de coco aussi nocive que celle de palme". Très structuré, informé, posé, avec recul. Tout ce qu'on attendrait d'une physicienne! Lire sur son site.


21.7.16
On ne lassera pas de taper sur le clou!
Une chouette infographie par Gabriella,
inspirée de mon topo Pour qui sonne le gras?:
"Les bonnes graisses originelles et leurs vertus".

Lire son article
.

Télécharger l'infographie
.


 

T. Oméga 3 - les excès. J'ai tant ri avec ma soeur en regardant ce diaporama que je voudrais le partager avec quelques uns d'entre vous. Je n'en connais pas la source, je l'ai reçu tout cru tel quel...Pas de commentaires de ma part car  il vous en viendra mille à la secondes à la vue du spectacle... surtout si vous avez lu mon dossier Pour Qui Sonne le Gras...


Témoignage d'Isabelle sur l'effet d'une diète cétogénique (à l'occasion de sa demande par mail afin d'avoir le mot de passe pour ouvrir l'article sur les Ketones). Lire la suite


 Lire un article du Dr Rosedale, dont je résumerai le livre dans un prochain billet : Le cholestérol n’est PAS à l’origine des maladies cardiaques 


Graisses et stérilité. En réponse à un billet de Sylvain, sur Clair et lipide

J'ai lu un de tes billets, mais je réponds rarement sur les blogs. Tu y écris: "Il parait que les couples frappés de stérilité se retrouvent plus dans des couches élevées de la population (je n'en suis pas, je précise quand même), a priori celles qui font le plus attention à leur santé. Il y a vraiment quelque chose qui échappe au sens commun."
Pour moi, ça n'échappe pas au sens commun. Une hypothèse: les plus aisés mangent plus maigre, ce qui est avéré et démontré. Pas formidable pour la fertilité. il se peut aussi qu'ils mangent moins de saturées - une de mes hypothèses, je n'ai pas vu d'étude à ce sujet.

Mes copines bourges en tout cas sont clairement en surdosage de polyinsaturées, parfois les seules graisses qu'elles s'autorisent, croyant être bien informées. Pas étonnant qu'elles aient des problèmes de fertilité, alors...

Une équipe américaine (ah! retrouver mes sources, ces lectures datent de 2000) a proposé à un groupe de femmes en processus ou amorce de fivettes de se donner un an pour essayer autre chose: un changement alimentaire avec bien plus de gras (saturées? je sais plus). les résultats en un an, sans fiv, étaient prodigieux.

En Hollande: donnez vous un an pour faire un travail psy avec nous, après un an la moitié avaient compris qu'elles ne voulaient pas d'enfant, la majorité des autres étaient enceintes

Je ne suis plus assez passionnée pour fouiller mes notes, mais ça doit pouvoir se dégoter, si je l'avais trouvé en 2000. ciao taty


 

De l'intérêt d'être bien informé…

Je reçois à l'instant par mail une curieuse annonce depuis le site de diététique officiel belge http://www.foodinaction.com/ (oublié de me désabonner, maintenant que je suis plus les blogs de crocheteuses): "Trop de gras nuit à la motivation et l'humeur!"

Curieuse, car cela contredirait mes recherches préalables et les retours quasi unanimes des pratiquants de "la joie est dans le gras", je clique vers le site, où c'est un peu plus nuancé: « Une nouvelle étude canadienne suggère qu'une alimentation riche en graisses saturées perturberait une voie cérébrale critique qui contrôle la motivation. »

Etape suivante: aller vérifier l'étude originale. Les gars ont étudié l'effet des acides gras trans et non l'effet des saturées, malgré ce qu'en dit leur executive summary (ils se sont mis à huit pour une étude aussi mal fagotée ? « cerveau à donner, très peu servi, comme neuf ! »).

Je ne suis plus assez passionnée pour passer du temps sur ce sujet, qui s'y collera ? Leur étude : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26171719

Rongeurs et graisse de palme versus huile d'olive, soit saturées versus monoinsaturées. C'est trop drôle : la graisse de palme est certes pour moitié composée de saturées, mais elle contient pour l'autre moitié des monoinsaturées.

Il faut donc supposer que les chercheurs ont testé la graisse de palme hydrogénée, où les monoinsaturées ont été transformées en … trans.

Le texte ne devrait-il pas être « Une nouvelle étude canadienne suggère qu'une alimentation riche en graisses TRANS perturberait une voie cérébrale critique qui contrôle la motivation» ?


Q. Bonjour, madame Lauwers!
J'espère que vous trouverez le temps de répondre à ma question, très simple au demeurant! J'ai dans ma bibliothèque la plupart de vos livres, quelle jubilation en vous lisant! Et relisant!
J'ai beaucoup lu sur la nutrition, beaucoup essayé sur moi même, et vos ouvrages, pleins de bons sens, m'ont fait beaucoup de bien! Intellectuellement et physiquement. Je suis de profil colopathe et disglycemique, bien qu'ayant un Imc d'anorexique!
J'ai trouvé un équilibre depuis quelques mois avec lequel je me sens vraiment bien, du moins pourle moment, peut être cela changera t il plus tard dans ma vie;) mais qui me fait avaler près de 100 g de graisses (des vraies, pas des plastigraisses, hein! nous sommes bien d'accord!) Chaque jour.Si je ne les mange pas, j'ai faim. Si je tente de les remplacer par des glucides, j'ai mal au ventreou ai des fringales.
Et manger plus de protéines animales ne me tente guère (écologie, écologie).Qu'en pensez vous pour ma santé à long terme?

R. bonjour, merci je reprendrai sur le blog "gras". Vous semblez manger 50% de graisses, ce n'est pas excessif si vous faites un beau panaché de toutes les sources de gras.

Certains mangent jusqu'à 80% de graisses sans souci (quelques très rares accidents chez les enfants épileptiques depuis trente ans – la diète cétogénique -  mais il est peu clair si cela tient à l'alimentaire pur ou à la qualité des aliments, car ils utilisent des poudres alimentaires aussi).

J'ai bien étudié la question car je viens d'une famille où l'on meurt jeune du cancer ou du cœur. Or je mange plus que 50% de graisses au quotidien (enfin au biquotidien quand je pratique ma cure impulsion antivieillissement accéléré). Désormais, vu le résultat de mes recherches, je m'adonne en toute conscience à mon amour du gras.

Ce sont les protéines qu'il faut limiter et qui peuvent poser problème en excès
et bien sûr les graisses chez un profil qui les métabolise mal (nausées, etc.), ce qui n'est pas votre cas

Je publie les questionnaires "profil" d'ici une semaine (si vous ne l'avez déjà fait avec un référent): si vous vous découvrez "vata" en excès et "chasseur", vous aurez confirmation que les graisses sont vos remèdes et que votre corps vous indique bien ce dont il a besoin! Ce sera annoncé via les nouveautés

NB: si vous êtes un "canari", ces doses ne sont pas étonnantes: par leur curieuse biochimie, ils ont besoin de deux à trois fois la dose de nutriments des autres mangeurs. Pas d'études, une observation de ma part: c'est comme si le processing interne était déficient, le filtre est "bouché", il faut noyer de nutriments pour que le corps en attrape un peu. Je cherche encore une image pour le dessiner.

NB2. Le métabolisme des graisses demande de toute façon, quelles qu'elles soient (et quelles que soient les prétentions des minigourous prétendant que certaines sont « digérées » sans ces effets), du travail métabolique et génère des déchets de combustion. De temps en temps, il est sain de mettre l'organisme au repos et de passer une journée de monodiète sans aucun gras (ni protéine).


Q. (d’une propriétaire de magasin bio) Depuis un certain temps des pub paraissent dans notre secteur concernant AMAN PRANA:huile de coco et de palme rouge.J'imagine qu'elles ne te sont pas inconnues.
Qu 'en penses-tu?Un tel matraquage publicitaire ne m'inspire pas trop mais soyons objectif.
Cela m'intéresserait d' avoir ton avis à ce sujet une fois que tu serais de passage ou autre moment.

R. Je te réponds par mail car je publierai ceci sur le site pour les autres gestionnaires de magasins bio. ...
J'aime beaucoup le travail d'Aman Prana car j'ai les plus grandes peines du monde à convaincre les malades chroniques de quitter l'endoctrinement "AGPI" pour se faire plutôt du bien avec des graisses saturées. Soutenue par une doc' si convaincante, cela sera plus facile peut être.



Aman Prana débauche une énergie incroyable pour vanter ses produits en remettant en contexte toutes les fausses notions sur les "démoniaques" graisses saturées. Merci à eux pour ce travail, qui se basent sur les mêmes recherches que moi.
Ils semblent plus ambitieux à faire passer le message. Le président de la société me fait simplement sourire car en fin de brochure il se décrédibilise en annonçant à son crédit "qu'il a lu trois cent livres"... Voilà qui pose son chercheur, tiens!

Brèfle, prenons l'article du B. d'avril "Quelles graisses pour la cuisson", imprimé en face de la publicité du bonhomme et qui doit être une resucée de la doc de presse d'Aman Prana.

Rien à redire jusqu'au dernier paragraphe "La palme au coco" où, ça se comprend, on vante les propriétés de l'huile de coco sans mentionner le saindoux, le beurre clarifié, le blanc de boeuf qui sont à peu près égales en propriétés, à ceci près qu’il faut reconnaître que les toxiques environnementaux sont surdynamisés dans ces graisses animales (qu’on choisit donc de source saine...).

Cette présentation biaisée me désole car on ravage l'écosystème philippin ou indonésien pour produire palme et coco alors que nos agriculteurs de près de chez nous ne demandent qu'à nous fournir les autres graisses saturées bienveillantes.

Par ailleurs, Aman Prana commet une erreur (chère) car ils insistent dans toutes leurs docs sur l'utilité d'une huile de coco VPPF... alors que ces graisses sont les seule qui gardent leurs propriétés même raffinées (toujours graisse facile à brûler pcq acides gras à chaîne courte ou moyenne, donc peu grossissante + toujours antimicrobien puissant + toujours digestion ne requérant aucun travail du pancréas ou de la vésicule donc appréciable pour les malades chroniques affaiblis).

Or, le bloc de graisse de palme de Vigean est à 4 euros le kilo alors que l'huile de coco de Prana est à 32 euros selon mes calculs... Vive le social? A+

Q. Je viens de voir votre page défendant l'huile de palme bio. Juste pour info : je viens de tomber sur un blog qui en dit pas mal sur les industriels qui se cachent derrière cette production d'huile de palme bio en Colombie : http://avenuecolombie.wordpress.com/huile-de-palme-bio/ Votre discours sur le sujet serait donc peut être à revoir, si ce blog dit vrai...

R. merci, je réponds pour reprendre sur le site
oui, je connaissais, on y arrive par un blog du journal Le Monde, ce qui ne représente pas ce journal en soi; ils hébergent un blogueur. Point. j'y avais été au début de l'année
c'est une vraie leçon de discernement de suivre cette piste... chose que passionne l'Hercule Poirot que je suis.
je dois retrouver mon mail à ma fille à ce sujet, qui se terminait par en gros "si on devait ne plus rien acheter parce que le patron est un filou (ce qui est à peu près sa seule justification, rien à voir avec la palme elle même; et encore, je n'ai pas vérifié ses dires sur le gangster), on n'achèterait plus rien ni chez Ikea ni chez les grandes surfaces ni dans certaines chaînes même bio... je suppose que vous savez que le fondateur d'ikea est un nazi notoire ? 
désolée, ce n'est pas un blog sérieux du tout; il ne suffit pas d'énoncer  un fait sur la toile pour qu'il devienne vrai!


Q. J’aimerais avoir un peu plus de précision sur le cholestérol. Je m’explique : Ma belle-fille de 14 ans à 225 de cholestérol. C’est beaucoup trop pour son âge. Elle a aussi des problèmes de concentration à l’école. Je suis allée chez une homéopathe qui nous a prescrit pas mal de médicaments naturels tels que Bio-fer (son taux de fer est bas) Multibiane Bio-marine Huile de cameline Une cure de nux-vomica (concentration) Je dois cuisiner à l’huile de colza, hors cette huile ne convient pas pour les préparations chaudes. Que puis-je utiliser d’autre car elle déconseille l’huile d’olive ? Je possède déjà une liste d’aliments conseillés/déconseillés. Quel est le livre (recettes) qui serait plus approprié à ce genre de problème ? Peux-tu me renseigner ? Je te remercie d’avance. 

R. Tu auras peut être lu dans le topo l’encart « cholestérol : info ou intox » avec les références de sites à consulter. Un chiffre de  225 de cholestérol ne veut rien dire, ce sont d'autres chiffres qu'il faut analyser, voir par exemple dans la page  de FAQ fibro où plusieurs échanges mentionnent « cholestérol ».
Cherche sur "cholestérol total" et tu trouveras les calculs à faire avant de s'inquiétier. Les graisses alimentaires interviennent pour 5% seulement dans le taux de cholestérol. 
Beaucoup de chipot pour peu de résultat, non? Ces taux élevés sont la marque d'un déséquilibre plus profond de l'organisme, il faut travailler sur la source. Pour la piste alimentaire, il est plus efficace de prendre 30g de flocons d'avoine par jour, sous forme bouillie comme dans le porridge ou un fond de soupe (effet largement documenté scientifiquement), de manger deux pommes en compote ou fraîche ou de marcher une heure au grand air, tous aussi documentés. On verra plus loin après que tu as regardé le rapport total sur HDL. C'est le plus important.
Pourquoi ne pas cuisiner à l’huile d’olive VPPF ? Le colza : c’est une mode, tu vas voir la tête que vont faire tous les médecins qui la conseillent sur la foi de colloques professionnels infiltrés par l’industrie quand ils apprendront que le colza actuel n’est PAS du colza. C’est un produit issu de manipulations génétiques, sur lequel on n’a AUCUN recul.
Le fer : deux jaunes d’oeufs crus par jour en viendront à bout. Aucune influence sur le taux de cholestérol si tu restes en dessous de 36 oeufs par semaine. Texto, ce sont les résultats des études. Que les médecins n’ont pas en mains, les pauvres. Ils sont déjà débordés par la médecine, alors tu penses : la nutrition !


Cholestérol: info ou intox? Au passage, je ne peux contourner la question classique: "aïe, et mon cholestérol alors?" J'ai inclus dans le blog de Pour Qui Sonne le Gras quelques infos sur le sujet, en brouillon avant la publication du livre.


Q. Je viens de découvrir ton blog "legrasquej'aime" ;-) qui tombe bien à point, parce que tu me pré-mâches vachement le travail et les calculs, que je comprends mieux certaines choses. 
Historique de mon histoire!
En effet, fin juin dernier, j'avais, sur tes conseils, suivi un régime approchant (je ris d'accoler le mot régime à saucisson!) qui me convenait particulièrement bien. (NdT : une version carnée de Décrochez des Sucres). Pas de résultat au niveau du poids (pas assez longtemps suivi, je crois) mais parfait au niveau du moral, de l'énergie et surtout de la satiété.
Puis grandes vacances. Vraiment grandes dans mon cas avec dérapages multiples. Enfin, à ce niveau, ce n'est plus du dérapage mais carrément du hors piste! Repas trop lourds, trop sucrés (et quel sucre…), trop farineux (en famille et à l'hôtel). Les pulsions de sucre sont revenues au grand galop, ainsi que la fatigue. J'avoue que j'ai eu un mal fou à me remettre dans les rails. J'y ai été par petites étapes: un jour sans féculent mais avec dessert (ou l'inverse), etc. En y allant molo, je parviens à récupérer en une semaine (j'suis lente…) à suivre un régime "high fat" qui me convienne.
Là, ça fait une quinzaine de jours que je suis dans un régime qui me va. Comment je le sais? C'est un régime  qui ne provoque pas de pulsion alimentaire d'aucune sorte, ce qui ne me donne pas une faim exagérée, qui me fournit de l'énergie, qui ne me rend pas de manière obsessionnelle accro à la bouffe. En soi, c'est déjà une victoire. Deux tranches de saucisson ont des vertus anti-faim incroyables…
Ces journées "high fat" sont les seules durant lesquelles j'arrive à refuser sereinement un dessert. Même un dessert fait par ma môman! Pour moi, c'est énorme!
Au niveau du poids, j'ai "pris" 8 kilos en 5 mois (à cause du traitement de cortisone en mai + dérapages en vacances). Je me sens mal (77 kg pour 1,62 m)!
Depuis le début du programme, pas de changement, ce qui me frustre un peu même si j'essaye de ne pas me focaliser. Mais tu sais que c'est ma fragilité, cet excès de kilos… Donc, pour l'instant, je poursuis ce qui me convient au niveau du bien-être en espérant que le corps lâche les kilos en trop…
Voilà ma p'tite histoire. Tu peux évidemment l'utiliser pour ton blog! Moi, ça m'aide à prendre du recul… Et si tu as une réflexion, conseil ou autre, n'hésite pas ;-) A très bientôt

R. Salut et zouip, tu seras sur le site en priorité par rapport aux autres courriels, le sujet me plaît tant... Je t'ai envoyé hier copie de mes questions sur le sujet du poids à Peter du blog Hyperlipid. J'ai testé le high fat low carb tel quel ou dans sa version quasi cétogénique (de Peter). Autant j'ai des effets extra sur le mental, la vitalité, la résistance immunitaire et tout le toutim, autant la perte de poids: bof-bof. Le "gras mou" est devenu du "gras dur", plus agréable à transporter, je le concède.  Au moins je ne grossis pas avec tant de graisses, bonne nouvelle.

Je me demande s'il ne vaut pas mieux, dans des cas récalcitrants comme les nôtres, suivre les "psychiatres du poids" comme Apfeldorfer et simplement apprendre à vivre dans un autre corps que celui de nos quinze ans. Syndrome Casimir (tu te rappelles, le gros personnage des émissions pour enfants? j'ai parfois eu l'impression d'habiter dans un costume de Casimir...). Il paraît que l'empreinte de cette vision mentale à 15 ans est telle que même des mannequins superbes et adulées n'arrivent pas à se voir en toute justesse si elles avaient des troubles de la perception d'elles-même à cet âge là environ (souvent le cas des anorexiques & Cie). J'ai beau le savoir, c'est tout de même encombrant ces kilos en trop. Peu gracieux (mais je ne le suis pas de nature, même mince), mais surtout lourd à tirer au tennis et, râge et désespoir, exit la moitié de ma garde robe aimée.

Bon c'est pas tout ça madame Michot faut que j'y aille. J'ai mes escaliers à faire. Biz


Fin de mes réponses aux mails sur le sujet de la lipido- ou saturophobie.

Mon livre d'investigation sur le sujet est sorti sous le titre Pour qui sonne le gras.

Merci de votre confiance et de votre attention.