taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

*******
  • Voir page suivante du blog - Voir suite de l'analyse "vertical"
  • ***

    Ce qu'on ne vous montre pas sur l'extracteur vertical

    Télécharger le document en pdf.

    30 avril 2015. Page 1. Aujourd'hui, je teste un extracteur vertical de type Hurom. Dans les pages qui suivent, je le compare au Jazz Uno (version "jus only" du Jazz Max) -- que je connais comme si je l'avais fait connaître la première dans le monde du bio.

    Page 1: intro (et conclusion 2008) - 2: conclusion 2015 - 3: fenouils, pommes, carottes - 4: poireaux, fraises congelées - 5: fraises, ananas, gaspi-eau/arthrose, myrtilles congelées - 6: persil plat, tomates - 7: : interlude, épinards, garder fibres? - 8 : oranges, kiwis, concombre, framboises, myrtilles, groseilles, mûres - 9:notes tests 2008 du Jazz Pro (premier vertical) - 10 : grenades (graines et pelure) - 11 : gingembre, ail, citronnelle, mangue, maracujas et FIN

    Je le compare aussi au Jazz Pro, première version du vertical que la marque avait distribué à partir de 2009 et que j'avais testé à l'époque.

    Je suis à moi toute seule le magazine du consomm'acteur du monde des jus. Même si je fus à la source de l'importation des extracteurs Jazz en BE/FR depuis 2005, je garde la tête froide. Je suis aussi enthousiasmée que vous tous lorsque je visionne des vidéos enchantées comme celles du très dynamique gars de discountjuicers. Mais je suis un peu plus casse-pieds que vous, car je vérifie toujours ce qu'on me raconte.

    Dont acte avec les verticaux. J'avais testé le vertical en 2008, lors de la diffusion des Jazz Pro, version verticale des Jazz. J'avais dissuadé l'importateur de continuer, tant je lui trouvais de défauts (pour un tel budget!).

    Apparemment, d'autres diffuseurs prônent le vertical depuis peu en France et en Belgique. L'importateur Jazz va suivre le mouvement bientôt. Serait-ce qu'ils sont moins éthiques dans leurs choix commerciaux? Ou que le modèle s'est amélioré?

    Espérons que cette dernière mouture sera plus pratique que le vertical de 2009, si peu performant à mes yeux – en tout cas pour moi qui n'ai pas le budget illimité de mes copines bourgeoises, qui achètent la dernière machine sortie rien que pour voir. Elles dépensent parfois en une après-midi de shopping ce que je gagne en un mois…  Ce billet ne s'adresse donc pas à vous, les chéries, mais bien aux acheteurs au  budget un peu plus serré.

    Le Jazz Pro coûtait 480 euros en 2009. Aujourd'hui, début 2015,  je vois des verticaux à  340-400€ (modèle VRT38) ou 470€ (modèle VSJ), certains à 570€!! . Comparons au Jazz Uno qui est à 260€ (le Jazz Max : on ne peut comparer le prix, vu qu'il est un vrai multifonctions, je ne compare que la fonction jus ici).

    Voyons si ça s'est amélioré et si les 150% du prix valent le détour pour le consommateur.

    Comm. photo. Dans l'ordre des résultats des tests des cinq pages du dossier: V= vertical classique; VGB = vertical grande bouche coudée; JM = Jazz Max; JU = Jazz Uno

    Conclusions 2008

    Mes conclusions en 2008 étaient les suivantes : « Les avantages de Jazz Pro sont surtout la vitesse de réalisation des jus pourtant en pression à froid à moins de 80 tours/minute, et au fait qu'on peut tailler les végétaux pendant que l'appareil tourne et les enfourner sans devoir les pousser au pilon, comme avec un extracteur classique.

    Les inconvénients sont:

    1/ son prix bien plus élevé que le Jazz UNO/MAX , ce qui n'est « élevé » que pour un budget domestique, mais ne freine en rien les achats pour un professionnel, habitué à des milliers d'euros…),

    2/ son nettoyage plus long que le Jazz UNO/MAX (mais qui équivaut à la durée de de nettoyage d'un Greenstar ou d'un Solostar) ;

    ainsi que 3/ le fait qu'on ne peut broyer de caviars végétaux.

    Le temps gagné à presser le jus est perdu lors du nettoyage. La durée de nettoyage est un défaut minime dans un restaurant, car on ne le démonterait pas, on le rincerait en filtrant de l'eau, en attendant le prochain passage de végétaux.On ne laverait à fond qu'en fin de journée.

    Le Jazz Pro s'adresserait surtout aux professionnels. Un restau pourrait s'équiper d'un Jazz Pro pour les jus, les laits végétaux et les soupes filtrées et d'un Jazz Max pour les caviars, les sorbets minute et pour certains jus rares (les jus de poireaux crus ou tous autres végétaux très fibreux). »

    • Ma conclusion en bref : facile ! Dans la conclusion 2008, remplacez "Jazz Pro" par "extracteur vertical". "Non, non, tu n'as pas changé" sur la mélodie de la chanson de Julio Iglésias. En gros: je n'investirai pas dans ce matériel. Même constat : c'est survendu. Voir la conclusion argumentée avril 2015.
    • Voir page 2 sur le vertical
    • Pour voir en détail mes récents tests: voir les tests
     page suivante du blog (coco fraîche)