taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

mon livre
Fruits de la vie

Lait de soja au Jazz Max ou Pro - laits végétaux

Par Taty Lauwers Lauwers le mercredi, 25 mars 2008, 22:36

J'entends ce matin, à la radio, des horreurs d'erreurs sur le soja. "Le soja jaune est le seul à conseiller".... "Le soja vert est le seul responsable d'allergies" "Il est utilisé pour le tofu"... Mais c'est l'inverse, enfin!

C'est le soja jaune dont il parle, le charmant monsieur. Le soja vert (les germes de soja, alias haricot mungo) est bien le seul soja qui ne pose pas de souci. On a encore eu droit aux mantras habituels sur les phytooestrogènes du soja, sa consommation par les asiatiques, la chanson bien apprise par coeur quoi. Tout cela dans la bouche d'un responsable de consommation du Crioc, supposé être bien informé (associations de consommateurs). Ben, ça ressemble plutôt à de l'intox qu'à de l'info, car je ne comprends pas pourquoi ils ont du répéter cinq fois "retenez bien que c'est le soja vert qui pose problème". 

Pour ceux qui croient encore se faire du bien avec le lait de soja jaune (lait qui n'en est pas un, rappelons-le, c'est une émulsion artificielle), voici la recette au Jazz Max (ou au Jazz Pro dès mai 2008), très similaire à la recette du lait d'amandes détaillée dans le mode d'emploi

  1. Tremper les grains de soja une nuit.
  2. Faire bouillir deux heures ("une demi heure au minimum" écrivent certains sites, mais les grains restent alors durs de chez durs).
  3. Passer le tout au Jazz Max, avec le cône à jus.
  4. Récupérer le tourteau, le diluer d'eau, le repasser
  5. Ajouter de l'eau selon goût.
  6. Boire le « lait » ainsi obtenu ou le transformer en tofu

Lait de soja maison au Jazz Max et au Jazz Pro (2)

Par Taty Lauwers Lauwers le vendredi, 10 avril 2009, 00:00

Comment faire du lait de soja au Jazz Max ou Jazz Pro, sans devoir mixer puis filtrer longuement à l'étamine (ou sans devoir acheter le Soy Quick ou tout autre appareil à cet effet). Deux variantes : lait à base de graines cuites ou crues (le lait est ensuite cuit, bien sûr).

Lait de soja variante 1 : grains cuits

  • J'ai fait tremper 250g de graines de soja pendant une nuit dans une grande quantité d'eau. Le lendemain, j'ai égoutté et rincé.
  • J'ai cuit le soja dans un litre et demi d'eau à couvert, à feu moyen, pendant quarante minutes. Il restait à peu près un litre de quantité, à vue de nez.
  • J'ai filtré le liquide à l'aide du cône à jus (Jazz Max ou Jazz Pro-grille fine).
  • J'ai mis de côté le jus extrait.
  • J'ai fouetté la pulpe restante avec de l'eau, j'ai repassé le tout dans l'appareil.
  • J'ai ajouté le résultat au jus mis de côté, j'ai jeté la pulpe.

Ce lait conserve trois jours au réfrigérateur. 

Je l'ai trouvé plus pulpeux que le lait de soja du commerce. Pour une utilisation fine en cuisine, je le passerai tout de même à l'étamine. 

Je n'ai pas encore fait le test suivant: certains végétaliens américains font cuire deux cuillérées de riz avec le soja, pour lui conférer un petit goût plus doux.

Au Jazz Max

les grains ont trempé

JPsoja1.jpg

Je filtre le tout une première fois au cone à jus. Je rajoute le jus obtenu à la pulpe.

JPsoja2.jpg

J'obtiens ce broyat, que je repasse au cone à jus après l'avoir dilué à nouveau d'eau

JPsoja4.jpg

La pulpe éjectée la deuxième fois est à éliminer

JPsoja5.jpg

Je garde le jus. Il reste un peu de jus "densifié" dans le capuchon....

JPsoja6.jpg

et sur le bout du cone à jus. Je les ajoute au "jus" de soja, que je fouette pour plus d 'homogénéité.

JPsoja7.jpg

Au Jazz Pro

Les grains ont trempé une nuit.

Jazzpro_soja1.jpg

Je les égoutte au chinois (ou à la passoire), je rince encore une fois.

Jazzpro_soja2.jpg

J'ajoute de l'eau et je passe dans le Jazz Pro, cône blanc à grille fine.

Jazzpro_soja3.jpg

Je fouette la pulpe résiduelle avec un peu d'eau. Jusqu'à obtenir un broyat

Jazzpro_soja4.jpg

Je récupère le jus pour le garder jusqu'à trois jours au réfrigérateur, ou en faire du tofu.

Jazzpro_soja6.jpg

Voici ce qui reste dans le mécanisme. Nettoyage laborieux, mais technique tout de même bien plus rapide qu'avec le blender + filtrage à l'étamine.

Jazzpro_soja7.jpg

Jazzpro_soja8.jpg

Jazzpro_soja9.jpg

Jazzpro_soja10.jpg

Le résultat est un peu trop pulpeux à mon goût. Je filtre le "jus" à l'aide d'un tamis (celui du Jazz Max, en l'occurence). Jazz Max est clairement gagnant sur ce coup-là.

Jazzpro_soja11.jpg

Jazzpro_soja12.jpg

Lait de soja variante 2 : grains crus, puis cuire le lait

  • J'ai fait tremper 250g de graines de soja pendant une nuit dans une grande quantité d'eau. Le lendemain, j'ai égoutté et rincé.
  • J'ai délayé les graines dans un quart de litre d'eau. J'ai versé les graines et l'eau dans l'appareil muni du cône à jus (Jazz Max ou Jazz Pro-cone blanc fin). Les graines n'étant pas encore cuites, je n'ai presque pas obtenu de jus. C'est la pulpe qui m'intéresse ici.
  • J'ai fouetté la pulpe éjectée avec un litre d'eau.
  • J'ai repassé le tout dans l'appareil.
  • J'ai refait la manœuvre deux fois, en mettant chaque fois de côté le jus obtenu et en délayant la pulpe d'un peu d'eau.
  • J'ai cuit le résultat 45 minutes à feu doux.

Ce lait conserve trois jours au réfrigérateur. 

Je jette la pulpe.

Après réalisation, ce lait peut être transformé en tofu à l'aide de nigari ou bu tel quel... si on y tient (sauf si l'on accepte mes quelques mises en garde sur les désagréments possibles de l'ingestion de lait de soja, maison ou commerce, bio ou pas...).

 page suivante
 retour page 1