taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

mon livre
Du gaz dans
les neurones

 

1.6 Nouvelle flore ou des premiers secours plus simples?

A la faveur de la réécriture de mon livre pour la prochaine édition juillet 2017, un extrait en avant-première.

La récente médiatisation de nos fonctions digestives secrètes et leur considérable impact sur la santé peut faire croire que, tous, nous devrions en passer par une réfection totale de la tuyauterie.

Parfois, on peut agir plus subtilement. Il se peut que vous souffriez de gaz et/ou de ballonnements, mais sans que vous ne cochiez plus de 4 cases dans le questionnaire de la page xx. Ne vous considérez pas pour autant comme colopathe ou dysbiotique. Tant mieux, d’ailleurs, car vous ne devrez pas vous soumettre à une cure aussi radicale que Nouvelle flore. Votre cas est l’un des plus simples à aider.

Il se peut que vos soucis proviennent :

  • d’excès de sucreries,
  • de la consommation de lait ou de crème de soja alors que vous n’y êtes pas adapté,
  • d’intolérance au lactose développée à l’âge adulte
  • d’une forme d’intolérance aux fruits, surtout crus
  • ou d’une forme de modification majeure de la digestion par excès d’additifs de tout poil, absorbés lors de la consommation d'aliments ultratransformés.

Dans ce cas, la solution est bien plus simple qu'une dure cure Nouvelle flore. Il suffira de corriger les excès ou de tester l’éviction momentanée de l’un ou l’autre de ces aliments pour obtenir un résultat flagrant. Les tensions digestives rentreront d’ailleurs assez vite dans l’ordre. Super ! Vous n’êtes ni dysbiotique ni colopathe franc.

Si vous souhaitez agir plus en profondeur, plus durablement, vous calmerez efficacement la dysbiose en douceur, en pratiquant pendant quelques mois une Assiette Ressourçante: des nourritures vraies, en rotations quotidienne, avec de courtes pauses sous la forme de monodiètes ou de jeûnes hydriques.

Bien des passionnés de nutri rétorqueront: "ce n'est pas aussi simple". Et pourtant! Je ne réécrirai pas ici le tome entier que j'ai consacré au sujet: "Nourritures vraies", où l'on découvre des exemples de résultats superbes, à partir de simples nourritures vraies.

"Mais je mange sainement, pourtant et j’ai pourtant des ballonnements en permanence", me souffle poupinette. Ah si le libellé "sainement" pouvait être mieux défini. C'est devenu un mot-valise: on y met tout et n'importe quoi, et on verrouille bien. J'en ai audité des floppées, parmi les mangeurs "sains": qui se nourrissaient de bio industriel, qui surconsommaient les mêmes aliments tous les jours, qui ne variaient pas de jour en jour, qui ne pratiquaient pas de cures de drainage, qui recouraient au soja parce que bio, aux galettes de riz soufflées parce que bio, qui chargeaient trop leur quotidien en fibres (ou l'inverse), qui se privaient d'excellentes sources nutrimentaires en mangeant sans-laitage-sans-saturées-sans-gluten-sans-viande-sans-tout-quoi, provoquant parfois des désordres organiques profonds, qui maltraitaient les huiles et autres matières grasses par leur méconnaissance des méthodes simples de conservation... La liste n'en finit pas.

Je publie la semaine prochaine sous forme d'infographie les pistes à explorer pour une alimentation de bon sens, hors cure.

NB 21/6: Les premiers posters ont paru. Voir via les bonus de la page officielle

 retour blog