taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Diète cétogénique: pour qui? pourquoi? p. 64

Cet automne, je publierai régulièrement des brouillons de mon livre à paraître sur le sujet, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final.
Executive summary: voir mon pitch.
Voir la table des matières des billets à ce jour
Aujourd'hui: Varietas varietatum

Varietas varietatum

Une des raisons de l'échec céto est de décliner la cétogénique en version uniciste et dévoyée, en s'inspirant des mille et unes recettes qu'on peut trouver sur le net et qui sont, en gros, des variantes de 3 recettes de base. Riches en coco, en farine d'amandes ou de noisettes, en farine de soja ou lupin, en graines de lin...

Pour que leurs menus ressemblent à ce qu'ils connaissaient auparavant, la majorité des pratiquants cherchent des subterfuges: ils préparent des faux-pains, des fausses-crêpes, des faux-desserts à base de coco, de fruits des bois et d'oléagineuses (la farine d'amandes de tant de recettes). Or, ce sont tous trois des précurseurs d'intolérances alimentaires. Ils sont richissimes en salicylates, catégorie alimentaire riche en anti-inflammatoires (bravo!) qui deviennent PRO-inflammatoires (aïe) dès que le foie perd les pédales dans ses processus de détox' -- ce qui arrive lorsque cet organe est épuisé. Chez les canaris de naissance (comme Bibi), le foie est un analphabète de la détox' depuis le début. A l'autre extrémité de l'échelle, certains mangeurs ne connaîtront jamais de réactivité aux salicylates. Ceux qui, fragilisés par la vie moderne, sont en balance, sur la crête, risquent de basculer s'ils surchargent la barque en source de salicylates.

Les trois précités ne sont pas seuls à boxer dans leur catégorie. Imaginez les doses de salicylates que vous ingéreriez si, de bonne volonté, vous favorisez aussi le thé, l'huile d'olive VPPF, le vin, qui en sont des sources majeures.

Sous-catégorie particulière parmi les salicylates, les oléagineuses sont bien trop riches en autres "poisons selon profil" que sont les oxalates et les amines pour être consommées ad libitum par quelqu'un de fragile.

Elles sont en outre richissimes en phytates, piégeurs de minéraux dont on a spécialement besoin en cétogénique, vu le comportement rénal différent dans ces circonstances. Certaines noix (noisettes, amandes, etc.) sont aussi documentées comme source d'allergie croisée chez les rhino-faiblards réactifs aux pollens. Pourquoi prendre tant de risques? L'humain me fascine...

Conclusion. Réservez les concoctions récentes à base de coco/amande/baies à un jour sur trois.

Une autre erreur est de vouloir réaliser ces fake-pains & Cie à base de farine de soja ou de lupin, sur la foi de leur basse teneur en glucides. La santé ne tient pas qu'à un calcul de sucres, enfin! Ces deux farines sont de notoires allergènes et réactogènes (responsables d'intolérances). L'allergie au lupin est documentée comme croisée à l'allergie aux arachides.

Au passage un petit mot sur ces pseudo-pains: n'oubliez pas l'impact du cerveau sur la production d'insuline. On a pu démontrer en labo que le fait de penser à un dessert peut augmenter la production d'insuline sans même que le sujet ait mangé quoi que ce soit. Or qui dit augmentation d'insuline dit "frein à l'état de lipidocombustion". Il n'y a pas encore d'étude sur l'impact d'une pseudo-crêpe édulcorée sur l'insuline, mais je gage que les résultats seraient similaires, ne fût ce que parce que le corps se rappelle ses anciens réflexes.


NB perso. Les deux variantes de céto que j'ai testées ont donné des effets très différents sur l'énergie et la faim: la cétogène bien menée me donne l'énergie d'un cabri, à pourtant soixante et des ans; la cétogène avec fake-recettes me pousse à manger presque quatre fois par jour, à faire une sieste, tout en étant plus énergique qu'en temps normal. L'effet est incomparable...

En cure Full ketone verte, un mangeur serait tenté de manger moult avocats, si riches en bonnes graisses. C'est oublier que l'avocat n'est pas nourrissant pour tous les profils (voir votre satiété, cfr le test à télécharger), mais surtout qu'une allergie croisée au latex est documentée. Les allergiques ont de la chance dans leur malheur, car ils voient rapidement les effets. Les intolérances suivent le meme chemin, mais sont plus lentes à se manifester.

La mode en paléo et céto propose d'intégrer des graines de lin dans les pains et pâtisseries. Quel dommage! Lire le billet "Tu cuis des graines de lin? T'es zinzin!". Résumé : "lin vppf BIO et en petites quantités, pas tous les jours, de préférence en graines crues, ajoutées dans un bol de potage ou dans une salade, idéalement broyées une fois par semaine en gomasio de lin (conservé au frigo). Pour les cuissons de faux-pains & Cie: toutes les autres graines, mais PAS LE LIN".

Voilà 20 ans que j'observe la nutri dans toutes ses couleurs (classique ou naturo), voilà 20 ans que je suis fascinée par la capacité de l'humain à se faire du mal en voulant se faire du bien. J'ai cent exemples similaires dans mon petit sac à dos.

Conclusion. Ne jamais cuire le lin, en huile ou en graines.

Mon pitch final. En plan céto, je préfère de vraies recettes authentiques, ancestrales, comme tous les plats salés que je propose en Full ketone, plats dans lesquels il ne faut pas introduire des subterfuges de farine.

Je privilégie les apports variés (sous la forme que j'appelle "rotations alimentaires" dans mes livres). Par exemple, consommez du beurre fermier et de la crème, mais pas tous les jours. Idem pour l'huile ou la farine de coco. Alternance est le maître-mot. Je ne m'étends pas sur le sujet des rotations, car j'y reviens dans quasi chacun de mes topos.

retour tdm