taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Diète cétogénique: pour qui? pourquoi? p. 50

Cet automne, je publierai régulièrement des brouillons de mon livre à paraître sur le sujet, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final.
Executive summary: voir mon pitch.
Voir la table des matières des billets à ce jour
Aujourd'hui: Le docteur Laurent Schwartz - traitement doux du cancer

Le docteur Laurent Schwartz - traitement doux du cancer

Dans ce billet. Le livre "Cancer : un traitement simple et non toxique", du médecin français Laurent Schwartz. Autres pistes en anglais pour découvrir cette mouvance métabolique. Parenthèse sur les recherches de Mina Rissel.
Certes, ce blog se concentre sur la diététique, mais pour faire un choix informé de la meilleure diète, il faut bien creuser un peu la théorie , comprendre ces chercheurs et les propositions du docteur Schwartz, qui contredisent l'hypothèse d'un simple défaut génétique dans le développement des cancers.

Le dr Schwartz est "cancérologue de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) et a travaillé plus de vingt ans à l'École Polytechnique. Entouré d'une équipe de chercheurs, il travaille pour le bien des malades au développement de traitements novateurs et non toxiques du cancer". Il est l'auteur de Cancer : un traitement simple et non toxique, paru chez Thierry Souccar éditions en septembre 2016, 128 pages.

On y découvrira le processus de découverte d'un nouveau traitement métabolique non toxique (Metabloc), on y comprendra les bases de la piste métabolique, l'importance de la diète cétogénique. Ce livre est très clairement écrit, même pour nous profanes, prouesse si l'on tient compte de la puissance intellectuelle de l'auteur.

En lecture internet, ce traitement me semblait un peu simple à première vue. Au chapitre 8 de son livre, j'ai finalement capté quels processus ces deux produits désactivent pour relancer le fonctionnement des mitochondries. En gros, si j'ai bien compris, l'acide lipoïque du Métabloc ferme une vanne qui étouffe la mitochondrie, l'hydroxycitrate colmate les brèches pour les troupes fatiguées de lutter. Les deux produits, combinés à une diète, relancent les turbines au plus profond de la cellule. Pour ceux qui ajoutent metformine/glucophage, on ne comprend pas encore bien le mode d'action de la metformine dans ce contexte-ci, il semble qu'elle permettrait à la cellule de brûler complètement le glucose.

La cétogénique ou le jeûne ajoutent un plus bienvenu: ils affament la tumeur en la privant de glucose/sucre, qui provoque cette asphyxie. C'est un résumé à la louche, je l'avoue, mais c'est le seul que j'aurais compris il y a plus de 20 ans quand on ne me proposait que "mutiler/empoisonner/brûler" et le seul qui m'aurait convaincu d'explorer cette voie-ci plutôt.

Mon avis perso, ma question. Affamer la tumeur? Pas que... Je pense que d'autres processus sont en jeu, car quand on pratique la cétogène, on sent carrément un câblage électrique différent au plus profond de la cellule. Je n'ose pas dire qu'elle oscille différemment, mais ça y ressemble. Probablement qu'on polarise autrement, d'où l'oxygénation profonde sans hyperbare. Je dois le sentir plus fort que la moyenne vu le mauvais état fondamental des échanges cellulaires chez un canari de naissance... Bref, je sors de mon rôle diététique pragmatique, mais j'aimerais tout de même une réponse des pros.

Ce n'est pas la seule piste cétogène/cancer actuelle. Des Américains obtiennent de mêmes taux de récupération proprement inouïs sur des cas incurables, mais en combinant la cétogénique avec de l'oxygénation (hyberbare). Assez difficile de composer des études sur les humains avec groupe de contrôle, on s'en doute. Malaisé de trouver des financements alors que le traitement sera de 2000€ par an au lieu de 100.000€! Peu d'études, donc. Plein de témoignages extraordinaires, de personnes qui ont testé seules de leur côté, ou avec un médecin. En matière d'études autres que sur des rongeurs, une équipe de chercheurs américains a eu l'idée géniale de faire le tour des refuges pour chiens: "donnez-nous vos chiens cancéreux, condamnés à être endormis de toute façon". Ils ont  malgré tout été super cadrés pour leur étude, présentée ici (en vidéo, angliche, mais sous titres respectueux de l'original).

Critères stricts: chiens incurables, condamnés à deux mois maximum de survie (délai à vérifier). Cétogénique et hyperbare. Quasi tous ont survécu et gambadent désormais, même si chez certains la masse tumorale reste présente mais comme non active.

Je choisirais plutôt le traitement Métabloc, qui me parle plus que l'hyperbare. Je caricature:

  • Hyperbare: à l'américaine, cowboy et indiens, pressurisons l'ennemi
  • Métabloc du dr Schwartz : à l'européenne, descartes est mon ami, cherchons l'équation du cancer et bloquons les processus pour aider la cellule à redevenir saine

 

Découvrir les recherches du docteur Schwartz sur le web

Tout mégapointu qu'il soit, le docteur Schwartz est humble dans ses conférences. Il questionne les fondamentaux de la biologie sans se la jouer "rebelle qui casse tout". Bel esprit novateur, pensée en mouvement, honnête, vif et généreux . Fameux bonhomme que j'aimerais rencontrer un jour ! Je souris en écrivant ces compliments, on dirait un moineau qui complimente un aigle. hihi

Je me permets de signaler de grandes pointures comme lui, car on se perdrait dans le fouillis d'informations disponibles. Il faut soigner ses sources sur le net, car plein de farfelus bavardent sur le sujet en résumant "il suffit d'affamer le cancer, de couper les sucres", ce sont les "blonds de la piste cétogène". Ils sont d'autant plus dangereux qu'ils/elles ne connaissent généralement quasi rien en physiologie. C'est le cas aussi de ceux qui prônent le jeûne pour le cancer, sans plus. Gerson ou Kousmine étaient plus fins! Le jeûne: oui, mais pas dans n'importe quelles conditions.

Une autre toute bonne source, mais en anglais, un colloque formidable d'Epigenix sur la cétogène et ses applications thérapeutiques (cancer et épilepsie). TOUS les intervenants sont pointus sur le sujet (tous chercheurs ou quasi).

En complément, découvrez la chercheuse Mina Bissel, qui démontre en labo depuis des années que l'interaction avec l'environnement cellulaire prime sur le défaut génétique, exactement ce que le docteur Mirko Beljanski avait exploré. "Il existe une autre façon de considérer le cancer, dans laquelle les gènes des cellules cancéreuses sont régulées par leur environnement". Cela rejoint l'hypothèse de travail de Kousmine & Cie. Je les suis volontiers dans cette piste, ne fût-ce qu'au regard des résultats prodigieux que Kousmine obtenait sur les cas de cancer si on les compare aux tristes résultats de la "guerre contre le cancer" par l'approche actuelle consensuelle.

Et enfin il faut se convaincre de l'impact prodigieux d'une assiette réformée (dans ce cas-ci cétogénique ou jeûne) sur le fonctionnement de nos gènes et la respiration cellulaire. Lire mon billet "La cétogénique contre le cancer ".

Détail vidéo Benoît Rozain

Commentaire. "Benoît Rozain est un miraculé. A moins que ce solide Jurassien de 68 ans, résidant sur la côte vaudoise n’ait simplement la tête dure, bien pleine et bien faite. Quoi qu’il en soit, ce prêtre orthodoxe «de métier», atteint d’un cancer du pancréas à évolution rapide, devrait être mort depuis des mois. C’est tout au moins ce qu’un oncologue du CHUV lui avait prédit il y a plus d’un an. «Quand en mai 2015, j’ai refusé l’ablation partielle mais néanmoins handicapante qu’il me proposait et qui devait me sauver pour me soigner autrement, ce spécialiste était sincèrement désolé. Il m’a alors mis en garde comme quoi je risquais de décéder dans les six mois!» se souvient Benoît Rozain.
Quinze mois plus tard, le sexagénaire semble pourtant à nouveau bon pied bon œil. S’il a perdu 20 kilos dans la bataille, ce n’est pas parce que son «petit crabe», comme il appelle sa maladie, l’en a privé. Mais car l’homme de foi a décidé de le mettre au régime sans sucre s’inspirant en cela des prescriptions du célèbre médecin et chercheur français Laurent Schwartz....".

Détail reportage Arte

Résumé. "Maladie la plus ancienne et la plus partagée dans les mondes animal et végétal, le cancer tue huit millions de personnes par an. Pourtant, dès les années 1970, les chercheurs pensaient avoir identifié l’origine de cette prolifération nocive de certaines cellules du corps : dans le sillage de Michael Bishop et Harold Varmus, qui localisent l’ennemi dans le noyau des cellules, la théorie génétique – ou mutationnelle – s’impose. Les scientifiques s’emploient alors à traquer les oncogènes, ces gènes dont la mutation provoque le cancer, et à mettre au point des thérapies ciblées. Mais la communauté scientifique ne s’est-elle pas perdue dans le détail ? Aujourd’hui, des chercheurs et médecins tentent de révolutionner la compréhension et le traitement de la maladie en prônant une autre approche. Selon eux, le cancer correspondrait à un dérèglement du métabolisme cellulaire. Ne parvenant pas à absorber les aliments, en particulier le glucose, les cellules cancéreuses fermentent et se divisent sans cesse. Appelé "effet Warburg", du nom du médecin allemand qui l’a découvert dans les années 1920, ce processus fait un retour en force dans la recherche. Des laboratoires développent ainsi de nouvelles thérapies et des cancérologues comme le professeur Laurent Schwartz testent des traitements expérimentaux à base de médicaments prescrits pour d’autres indications – notamment des antidiabétiques."

retour tdm