taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Diète cétogénique: pour qui? pourquoi? p. 28

Cet automne, je publierai régulièrement des brouillons de mon livre à paraître sur le sujet, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final.
Executive summary: voir mon pitch.
Voir la table des matières des billets à ce jour (dans le désordre)
Aujourd'hui: Les produits annoncés "pauvre en glucides" - les pseudo kétones

29.1 Les produits annoncés "pauvre en glucides" & les pseudo kétones

Prévenons les amateurs de cétogénique des dérives que l'on a déjà pu observer aux States, vu qu'ils ont commencé avant nous. Primo, les produits vantés comme "cétones de framboise" n'ont rien à faire dans ce régime. Le mot est similaire (les cétones sont responsables des parfums du fruit), mais absorber ces produits, qui sont par ailleurs des reconstitutions chimiques à l'identique, n'intervient en rien dans la cétose.

Secundo, une technologie particulière permettrait de produire des pâtes "pauvres en glucides". Un des producteurs américains, fort de ses tests préalables, s'est pourtant vu condamner en justice récemment, pour fraude. Certains cétoniens ont fait le test de manger ces pâtes et d'évaluer leur glycémie. C'est édifiant.

Test par le docteur Andreas Eenfeldt, de Dietdoctor.com - les pâtes magiques (ligne rouge): la glycémie ne baisse pas même après 7h!

Test sur 5 personnes non diabétiques, par deux médecins. Test publié dans Diabetes Care: pas de différence entre les pâtes ordinaires et les pâtes magiques.

L'article original a été retiré pour défaut de procédure lors de la publication.

Dommage, on aurait aimé le détail.

Que penser de l'offre en FR/BE de produits vantés comme pauvres en glucides? A part qu'on connaît peu sur leur mode de fabrication. Ils pourraient être riches en inuline (une cata pour certaines flores intestinales) ou transformés par des technologies modernes pour que les glucides ne soient pas absorbés par l'intestin. Pourquoi pas, si le mangeur est super valide? Mais... si l'on considère les aliments comme des remèdes et qu'on les cherche "authentiques"?

Je pense au pain Energus 10 (annoncé à 0.75 U. S. aux 100g, ce qui équivaut au taux de sucre des carottes). "Des tranches de pain frais gourmandes avec 10X moins de glucides que le pain de votre boulanger". Pas envie de tester pour plusieurs raisons. Un pain de 5 tranches, 250g, coûte 4.40 euros plus frais de port. Yiiiks: près de 1 euro la tranche? Même pas bio. Je préfère un excellent pain bio multicéréales, qui me coûtera moins cher. Et en manger moins, tiens!

La composition : "eau mélange de protéines (protéines de blé, protéines de soja, protéines de lupin), graines de lin jaune et brun, farine de soja, farine de blé complet, soja concassé, son de blé, graines de tournesol, sésame, fibres de pommes, sel, émulsifiant lécitine de soja, farine d'orge malté grillée, régulateur d'acidité diacétate de sodium, levure inactive".

  • Brrr. Protéines de blé: sont extraites industriellement, autant prendre des poudres de protéines dont je connais la source. L'ajout justifie le côté hyperprotéiné et provient de la croyance que tous les humains métabolisent toutes les protéines de la même façon.
  • Farines complètes et soja: non bio, on reçoit donc aussi les pesticides et autres cochonneries. Non travaillées au levain à longue fermentation, on reçoit donc les phytates qui déminéralisent. Oh que c'est intéressant ce "pain si bon pour la santé".
  • Son de blé: c'est de la nourriture pour les chevaux, les humains ne digèrent pas le son.
  • Graines de lin: cuites dans un pain? Vos êtes sûr qu'il est nutritionniste? Le lin cuit devient quasi toxique. Voir le billet sur le sujet.
  • Lactosérum enrichi en protéines: quelle technologie? Le lactosérum est déjà en soi riche en protéines.
  • etc
  • etc

Je n'en finirais pas, car un produit viendra chasser un autre. Je pense par exemple aux pâtes Dukan . Elles sont à base de konjac, soit une base gélatineuse travaillée avec de la pulpe de bois. A dire la vérité, je suis moyen tentée de manger de la pulpe de bois.

Que les mangeurs au régime permanent y dépensent leurs sousous, je n'ai aucun souci. En revanche, j'invite les mangeurs en recherche de conscience alimentaire à revoir leurs habitudes vers plus de ressourcement en cuisine. Qu'ils ne remplacent pas une adultération industrielle par une autre.

Ma posture perso: le plus gros échec pour l'adhésion permanente à un programme LCHF ou cétogénique est... l'addiction aux produits industriels. Tant qu'on garde des aliments ultratransformés (selon la définition Nova, relayée par Anthony Fardet), le mangeur ne sort pas de son "enfermement" dans le régime car il doit lutter en permanence contre cet appel malsain. A la première sortie de route morale/psy, il fonce vers des barres, des macdos, des chips, PAS vers du steak ou du beurre. Si on garde ces pains, on garde l'ultratransformé et on n'en sort pas... C'est du simple pragmatisme. Après sa désaccoutumance progressive, le mangeur aura toujours ses sorties de route, mais il tendra la main vers un fruit plutôt. Enfin, telle est mon expérience sur le terrain.

NB. Sur cette page FB, un intervenant: "Un peu reducteur comme raisonnement. Les personnes retourneront a leurs alimentations d'avant pas forcement vers macdo ou autres.". A quoi je réponds: "j'ai fait de la nutri pendant 20 ans, j'ai suivi pendant 10 ans des gens en plans LCHF. C'est mon expérience et je la partage, cela ne signifie pas que c'est une vérité absolue. Je n'ai pas parlé de tous, j'ai parlé de la plupart de ceux qui ne tiennent pas la durée et pourquoi, selon mon expérience de terrain. J'ajoute que lors de mes entretiens culinaires pendant ces 20 ans, je n'ai rencontré personne (même des agriculteurs) qui ne mangeait pas 50% au moins d'aliments industriels, même déguisés sous forme de pain de boulangerie (dont tout le monde sait qu'il sont en majorité de source industrielle), même sous forme de "préparation à cuire" ou de produits intermédiaires qui vous font croire que vous cuisinez alors que vous ne faites que de l'assemblage en cuisine - ce que j'appelle dans mes livres "aliments de soutien" mais qui ne sont certainement pas exempts de sources d'assuétude. D'où ma conclusion aujourd'hui: on ne peut manger en conscience, selon sa nature, que si on est débarrassé des assuétudes, d'où mon recours aux nourritures vraies. "