taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Diète cétogénique: pour qui? pourquoi? p 24

Cet automne, je publierai régulièrement des brouillons de mon livre à paraître sur le sujet, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final.
Executive summary: voir mon pitch.
Voir la table des matières des billets à ce jour (dans le désordre)
Aujourd'hui: Interactions médicamenteuses

13.11 Interactions médicamenteuses

Petite histoire vécue. En 2003, Madame Duval entraîne chez moi, en audit, son mari, ex-sportif, 65 ans, mangeur breughelien, pour que je le persuade de changer un peu son mode alimentaire. Il est de constitution solide, il fait encore pas mal de sport (longues courses à vélo, son ancien sport), il mange quasi toujours à la maison vu qu'il est à la retraite. Je propose une Cure antifatigue, qui équivaut à un jeûne dans ses effets, à la différence près qu'on mange toute la journée.

NB. A l'époque je ne connaissais que deux cures: Antifatigue (née lors de ma passade crudivore végé) et Nouvelle flore (née de mon expérience de la rectocolite).

Rythme: trois jours de cure, un jour "ordinaire"; repartir pour un cycle. Les jours de randonnée vélo avec les copains: pas de cure bien sûr. C'est Madame Duval qui cuisinera, facile.

Heureusement je donnais toujours rendez-vous exactement 10 jours après le début du programme, pour un feed back et un possible réajustement. "Heureusement": pourquoi? Au rendez-vous suivant, on évalue ensemble les sentinelles de mieux être que Monsieur Duval avait consignées. Notre conversation:

-- "Pour le point 3, chère madame , je ne peux rien vous dire sur ma tension artérielle, l'appareil est fichu".

-- "Fichu?"

-- "Il indique des chiffres erronés, j'avais toujours 16/10 même avec mes médicaments."

En réalité, la tension de mon camarade avait baissé naturellement, via la cure antifatigue, à 12/9. Je l'ai enjoint à prendre illico rendez vous avec son docteur, qu'ils revoient ensemble les dosages. Qui sait s'il n'aurait pas fait un malaise en baissant la tension avec l'alim' ET avec les médicaments?

Cette petite historiette pour souligner que les cures (et non les "modes alimentaires permanents") donnent des effets rapides et radicaux -- chouette! --, qui peuvent interférer avec les médicaments -- zut!.

La cétogénique est une des cures les plus radicales, elle change carrément la donne métabolique profonde. C'est dès la première quinzaine après le début de la réforme alimentaire que les médecins spécialistes (Rosedale, Westman, Atkins, Nally, etc.) arrivent à débarrasser leurs patients de médicaments pour le diabète, l'hypertension, etc. C'est puissant!

Imaginez un diabétique de type II, sous metformin (la petite pilule qui fait baisser le sucre) qui se lance dans la cétogénique pour maigrir, sans avoir lu les ouvrages indispensables (voir billet). Il risque de finir en hypoglycémie majeure, qui n'est pas une condition anodine chez les diabétiques.

Par ailleurs, je n'ai lu ce témoignage nulle part, mais dans notre groupe de 4 testeuses depuis septembre, nous sommes au moins 2 à sentir que cette cure change carrément le voltage cellulaire. Ccomme par hasard les 2 canaris de la modernité du lot. Chez moi, c'est si flagrant que j'ai des petite décharges avec certains appareils électriques à la cuisine, chose que je n'avais plu vécu depuis mon adolescence. Appareils qui ne font pas sourciller les autres membres de la famille, cela s'entend. Je n'imagine pas que c'est une cure anodine que celle qui peut me recâbler!

A retenir. Ce n'est que la dixième fois que je le répète: la diète cétogénique doit impérativement être suivie par un expert!