taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

Diète cétogénique: pour qui? pourquoi? p. 14

Cet automne, je publierai régulièrement des brouillons de mon livre à paraître sur le sujet, comme c'est mon habitude. Si j'écris des âneries, c'est le lot des brouillons. Ils seront relus et corrigés, vous aurez la version épurée dans le livre final.
Executive summary: voir mon pitch.
Voir la table des matières des billets à ce jour (dans le désordre)
Aujourd'hui: choisir low-carb (Décrochez des sucres) ou cétogénique (Full Ketone)?

6.11 La voie Décrochez-des-sucres ou la voie Full Ketone

"Gérer votre assiette au quotidien: manger moins des aliments qui produisent de fortes augmentations de sucre dans le sang" écrivais-je page précédente comme conseil pour normaliser le circuitinsuline/glucagon. Vous pouvez suivre deux pistes:

A. la piste douce d'une assiette plus pauvre en glucides et plus riche en graisses, celle que j'appelle " Décrochez-des-sucres" dans mes topos et qui est représentée par la mouvance Atkins: low-carb-high-fat (le LCHF).
En Décrochez-des-sucres, on normalise le circuitinsuline/glucagon, mais le corps continue à brûler du sucre au principal. On arrive rarement à l'état de cétose.

NB. Oubliez la mouvance "low-carb-LOW-fat" (peu de sucres, peu de graisses) qui travaille sur les mêmes circuits mais qui équivaut à fouetter un cheval à terre. Il aura un sursaut, il marchera deux pas de plus... pour s'effondrer en suite. L'intérêt?

B. la piste forte, qui est constituée par la diète cétogénique, que j'intitule "Full Ketone" dans mes topos. Dans la mouvance Atkins, c'est la phase d'induction, appelée "Fat fast" en anglais, soit "jeûne au gras". La différence est qu'ici on la maintient bien plus longtemps que la quinzaine prévue par papie Atkins. Le but est que le corps se branche dans son deuxième système possible, celui sur lequel il se branche naturellement dès qu'on se met à jeûner: combustion des graisses et non plus combustion des sucres.

C'est aussi un système yin-yang, comme celui de l'insuline et du glucagon du billet précédent: tout complémentaires qu'ils soient, l'un exclut l'autre. On brûle soit les lipides soit les sucres pour générer de l'énergie.

Chez Atkins, la phase d'induction de quinze jours vise à ramener les réactionsinsuline/glucagon à la norme, phase après laquelle chaque mangeur cherchera sa voie propre pour un système au long cours: l'un pratiquera en mode plus végé, en surveillant les doses de glucides au quotidien pour qu'elles ne dépassent pas 60 grammes par jour; l'autre se sentira mieux en programme plus carné, mais observera qu'ici et maintenant son organisme surréagit comme avant dès qu'il dépasse le seuil des 30 grammes de glucides par jour. J'expose comment procéder pour trouver son propre seuil dans la prochaine édition de Cinglés de sucres (le topo profane, édition décembre 2016, cet article sera à télécharger sous peu du site officiel à l'intention des propriétaires de l'ancienne édition 2013) . Mais ne soyez pas impatient: le site Atkins fr ou tout livre du bon docteur l'explique clairement.

La voie forte, la cétogénique, demande des connaissances pointues en nutrition, raison pour laquelle je suis si prudente. Un exemple.

Après trois mois de diète cétogénique, où, je le rappelle le corps, a appris à ses cellules à bien utiliser les lipides comme combustible, Jeanne, notre amie du billet précédent, veut vérifier si elle est encore insulino-faiblarde et refaire le petit test de la tarte au sucre. Je l'invite à ne pas le faire dans cet état, car cela risque d'être une catastrophe: pendant ce trimestre, son métabolisme a un peu oublié comment brûler les sucres. Elle risque d'obtenir des taux de glycémie inquiétants et de croire qu'elle est encore insulinorésistante. Ce que Jeanne devrait faire avant son test: revenir en douceur pendant 3 jours à une alimentation ordinaire, plus riche en farineux et en fruits, pour que son corps quitte l'état de céto-combustion et revienne à de la gluco-combustion. Le quatrième jour, elle pourra effectuer son petit test de la tarte au sucre et obtiendra des résultats plus justes.

Si Jeanne veut retourner en cétose après ce petit test, ce sera l'affaire de 24h à 48h selon les profils. Si elle veut continuer à manger en mode "normal" et non continuer en cétogénique, elle devra calculer soigneusement ses doses de glucides au quotidien ( et ses doses de sport et de stress!), puisqu'elle sait être fragile sur le plan de la glycémie. En tout cas, après ce premier test, elle sait à quel point elle peut intervenir, elle ne doit plus subir cette situation.

Soyons honnêtes: elle peut réguler le système, mais elle ne le bétonnera pas s'il est déficient sur ce plan. A minima, on aura régulé sans médicaments!

Intermède en forme de leçons de chose: lire le billet "L'insuline et le glucagon ne sont pas seuls "

suite