taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

  Présentation du dr Hope: Cellular & Molecular Effects of Mold and Mycotoxin

Parmi les pollutions insidieuses qui touchent les victimes de burn out ou les canaris de la modernité: les moisissures. Parfois elles sont la source de la flanchitude, parfois elles entretiennent les réactivités diverses et variées.

Ci-dessous des copies d'écran de la vidéo du docteur Hope. Sans traduction, je résume pour les non-anglo-lisants: les réactivités aux moisissures de l'environnement sont bien plus répandues aux States que chez nous. Cela arrivera bien ici en son temps, d'ici cinq ans disons. Préparons-nous.

Présentation du docteur Hope, pour ceux de nos congénères qui sont déjà sensibilisés aux moisissures (réactivité qui à mon observation est croisée à la réactivité aux levures et, parfois, aux amines). Elle-même est une rescapée de cette maladie. C'est entre autres grâce à Dave Asprey, the bulletproof executive, que j'ai pu explorer cette piste. Lui-même s'est requinqué en repérant sa réactivité propre aux moisissures, c'en est devenu son cheval de bataille. Je fus réactive quand j'étais encore hypersensible, avant de repérer le maître de mes réactogènes (les salicylates). Depuis que j'ai rééquilibré le terrain en éliminant pendant de longs mois ces bloqueurs perso, merci tout va bien, plus de réactivité aux moisissures. Seule une sensibilité olfactive extrême, càd que je les repère à des doses infimes dans une pièce ou un aliment. Sans plus.

Je répéterai mille fois: j'expose toutes ces sources de réactivité à l'intention des coachs, qui doivent pouvoir repérer chez un mangeur le maître des hypersensibilités: chez l'un les salicylates, chez l'autres les moisissures, chez le troisième les oxalates. JAMAIS tous ensemble.

Pour ceux qui préfèrent lire, le dr Hope est l'auteur de "A Review of the Mechanism of Injury and Treatment Approaches for Illness Resulting from Exposure to Water-Damaged Buildings, Mold, and Mycotoxins" , paru dans The Scientific World JournalVolume 2013. On y retrouve le contenu de sa vidéo d'1h30

Les copies d'écrans de 1 à 20

Cliquez sur les images pour les lire en grand.

                                        

Voir la suite en vidéo... ou lire sous forme d'article
retour au blog