taty lauwers

cuisinez selon votre nature

En recherche d'un "devenir soi" nutritionnel... Lire la suite

FAQs "Canaris de la modernité"

Le livre "Canaris de la modernité" est sorti, il en est à sa deuxième édition.
Après ces longues pages de FAQs, je marque la fin de mes réponses aux mails à ce sujet.
Toutes les réponses sont dans le livre. Merci de votre intérêt.

21.1 Nouvelle infographie, un doublé "canaris/sucres":
calmer un enfant hypernerveux.
Le cercle vicieux du sucre
tel que je l'ai exposé dans l'infographie d'hier est, chez certains enfants ("hyper-nerveux"), plus entretenu par des colorants et d'autres additifs que par le sucre en soi - additifs dont j'expose la liste dans le livre Enfants sereins. Lire la suite

1.1.17 Un extrait de mon livre: "Aider la détox chez un canari avec du chardon-marie"

30.11. Je veux faire ici honneur à la seule dame canari de la modernité qui, lorsque j'auditais, a bien voulu suivre mon conseil de faire une cure de rosbif/mayonnaise pour se remettre à flot, sans tergiverser ni se prendre les pieds dans ses croyances nutrimentaires. Comme moi, elle était très motivée, car vers soixante ans on perd patience d'être valétudinaire depuis si longtemps (j'ai retrouvé le mot et je me la joue philologue). Voir le scan de sa lettre (la dame est restée électrosensible et ne veut pas utiliser internet). CE QUI NE SIGNIFIE PAS que c'est la voie pour tous les mangeurs fragilisés, mais chez elle, il fallait passer par là.

Deux échanges mail pour une mise au point sur la canaritude

28.6 Certains d'entre nous passent des soirées à regarder des séries, pensons "House of Cards". Difficile de se distraire, il faut aller au bout. Pour l'instant, je suis fana de colloques, avec la même ardeur.YT n'est pas qu'une fosse septique (selon le libellé de mon fiston), on peut y choisir des merveilles. Pour l'instant, quand je peux, je suis deux colloques sur la médecine environnementale, dont les canaris de la modernité sont les premiers sujets. Si vous avez aimé le livre du prof. Seignalet, vous adorererez tout ceci:

  • l'AMSES Martinique, en français, dont je résumerai quelques interventions sous peu (le dr Belpomme sur les sensibilités chimiques et électromagnétiques)
  • les Breakspear Medical Lectures, en anglais, dont idem (bientôt: l'hypothèse du prof. Martin Pall sur l'effet non thermique des CEM et " Dr Tapan Audhiya | Management of patients with MTHFR mutation" ).
    A noter: pour certaines vidéos, les transcriptions sont très fidèles (pas vérifié pour toutes) -> les sous-titres traduits en français devraient être à moitié compréhensibles

Rappel pour voir les sous-titres sur YT, cliquez sur le petit bouton sous la vidéo, marqué d'une flèche rouge ci-dessous- pour les faire traduire, sur le bouton "paramètres" à droite


mai 2016. Brouillon de billet pour les auditeurs/coachs: Canaris: pourquoi surdoser en protéines et graisses - métaphores


Histaminose - Vidéo. Parmi les multiples sources qui entretiennent l'inflammation chronique, les maux de tête, l'épuisement, l'urticaire, les diarrhées ou la constipation, les nerfs en boule, l'auditeur doit pouvoir repérer le maître des soucis: parfois le gluten, parfois tous les farineux, parfois l'excès de sucre, parfois un court-circuit dans les voies de détox', pour n'en citer que quatre. Complexe de repérer le déclencheur majeur, histoire de ne pas devoir entrer dans l'exclusion de mille et un aliments! Un des facteurs possible est ce qu'on appelle l'histaminose. J'ai repris cette piste là dans le topo sur les canaris de la modernité, dont c'est une des fragilités majeures; mais il est aussi lié au topo sur la dysbiose (du gaz dans les neurones) et à celui sur les intolérances (gloutons de gluten). Les sources sont innombrables et il est malaisé de s'autodiagnostiquer même en lisant ces trois topos, raison pour laquelle je répète mille fois par livre qu'il faut se faire aider d'un auditeur... (je ne touche pas de commission!).

Extrait de "Canaris de la modernité":  "Canari est un libellé plus rapide et sympa que « sujet victime d’intolérance à l’histamine » ou « mauvais détoxifieur », ce qui ne décrit d’ailleurs que partiellement leur biochimie. L’idée-maîtresse de l’approche paramédicale est ici toute simple : en changeant deux ou trois paramètres relativement simples dans l’alimentation de certains enfants hypernerveux ou atypiques, on obtient des résultats impressionnants. Tout ne dépend pas exclusivement de l’assiette, et tous les enfants ne sont pas égaux. Bien sûr, l’assiette ne guérit pas — elle permet d’éviter des crises ou d’en atténuer les symptômes. Une réforme alimentaire ne dispense pas de traiter autrement ces troubles. Mais commençons par des choses très simples. La pratique démontre que l’on peut déjà obtenir par là de saisissantes transformations dans le comportement."

La piste de l'histaminose est clairement expliquée dans la formidable émission "consomm'acteur" de la télé suisse: A bon entendeur (CH). Vidéo de 40 minutes.

Voir l'explication par un médecin allergologue Christophe Deluze à la minute 7 de la vidéo + la piste de la DAO minute 14.

Les familiers des "canaris" (les auditeurs/référents, au principal) reconnaîtront dans les témoignages des signes de canaritude qui ne trompent pas.


28.7.2015 Anecdote perso. Je n'ai que mon propre historique pour ouvrir d'autres horizons à ceux qui veulent trop bien faire en nutrition, dans le domaine bio en tout cas. Je rappelle le contexte : soixantenaire canari de la modernité , remise sur pied à cinquante ans (enfin!) par la grâce des nourritures vraies et des graisses originelles.

Quand j'ai un coup dans le moral (après les soldes, quand on s'est vu dans un miroir de magasins de fringues "c'est moi, ça?"), je mange quelques bonbons « sûrs » comme on les appelle à Bruxelles (gommes acidulées à l'acide citrique, c'est du pur résidu de chimie !). Quelques uns me suffisent, le moral revient, le ciel est bleu. En gros ciel noir, j'en mange le paquet entier. J'ai un peu mal au ventre, mais ça s'arrête là.

Hier, j'en vois en magasins bio et, par curiosité, hors coup dans le moral, j'en achète pour comparer le goût. Mal m'en prit : j'ai pas pu arrêter, j'ai fini le paquet. Et ce matin : oh ! le violent mal de tête ! que je n'ai qu'avec du vin depuis que je suis requinquée …

Je retrouve dans la poubelle le paquet et j'en lis la composition : "sucre de canne, sirop de maïs, jus concentré de fruits (orange, citron, pommes, ananas, cerise, pamplemousse), acide citrique, acide pommes, acide au lait, couleurs naturelles aux fruits et aux plantes, arômes naturels".

Rien de risqué, pensez-vous. Certes, ces bonbons sont annoncés comme 'lactose-free' et 'gluten-free', mais j'invite à la prudence les parents qui croient qu'il est plus sain d'offrir des bonbons bio aux petiots fragiles, canaris probablement. Et je prie ce grand professeur que j'ai entendu pérorer à la télé hier sur l'innocuité des additifs de fermer sa boite à certitudes.

Je mange en général tous ces ingrédients (sauf les derniers cités, comme les  couleurs naturelles et les arômes naturels dont je peux vous décrire la production, ils sont dérivés d'aliments naturels mais traversent des procédés tellement dénaturants qu'ils n'en sont plus !), mais je les mange dans leur état naturel. Qui sait ce qui a pu provoquer ce mal de tête ? L'acide citrique (qui ne provient pas des citrons, bien sûr)? Les arômes? By the way, ils ne sont pas garantis bio...

Ma conclusion : démoniser les additifs en soi et croire que le bio est la solution absolue n'est pas une solution, il faut chercher plus loin.


   

L'effet du régime "Failsafe" sur la rosacée de Megan, après deux ans d'éviction des salicylates/amines/glutamates (aussi avec crème de zinc ) . Un peu long pour un régime si strict, mais quel résultat! Megan propose sa photo de gauche en indiquant "j'avais eu pire, mais j'ai pas de photo"!! Sans la crème de zinc, pas le même effet...


L'effet barbe à papa
Les découvertes de deux mères concernant l'impact des intolérances alimentaires sur le comportement des tout-petits

http://canarisathome.wordpress.com/about/
Je suis maman française de deux beaux enfants, Melle-4ans et Mr.T-2ans. Melle a des sensibilités alimentaires.Ainsi, après avoir passé un peu de temps à chercher sur de nombreux sites, blogs et livres, j'ai décidé de lancer mon propre Blog


Une vidéo sur une expérience: deux semaines juste sans colorants et additifs... de Sue Dengate, avec sous-titres français

Mon mail sur le sujet à Olivier Clerc www.olivierclerc.com
"bonjour Olivier, super de ta part de relayer la vidéo sur les additifs (https://www.youtube.com/watch?v=Fs-N0Gjf4C8 "les enfants: tubes à essai".
Je crois que les divers liens FR que j'ai suivis oublient de faire référence à l'origine: c'est un reportage sur le travail de Sue Dengate, australienne (http://fedup.com.au/information/support/video-resources), Channel 9 Tonight. ça fait dix ans que j'écris sur le sujet, je suis heureuse de voir que ça bouge enfin!
Pour ton info, je présente Sue Dengate ici: http://www.lestoposdetaty.com/canari/B3lestopos_canari_50&51.pdf
Plein d'expériences similaires sérieuses ont eu lieu entre-temps, par exemple http://www.lestoposdetaty.com/nourrit/B6lestopos_taty_nourritcantine.pdf
Je ne t'écris pas via facebook, je n'aime pas m'y exposer. Merci de relayer en tout cas, car moi j'ai plus le feu sacré pour la nutri, je suis dans les teintures/peintures végétales non toxiques.
"


Pour les initiés à la piste "canaris"-nervosité, un cas concret (Québec).


Le livre de l'été pour les curieux des coulisses de l'agro-biz alimentaire: "Arômes dans notre assiette : La grande manipulation" , par Hans Ulrich Grimm, chez Terre Vivante. xx

Le titre du livre original en allemand est "Votre Soupe vous Ment".

Je l'ai addddôôôré, mais sa lecture peut refroidir ceux qui croient habiter à Disneyland. C'est enfin une enquête de type investigation, comme savent le faire certains journalistes ricains. A l'intention des plus pointus d'entre nous. Les autres ouvrages en français ont souvent tendance à répéter ce qui est déjà connu. Des mantras, quoi. Ici: de l'info, des questions pointues, des nouveautés à chaque coin de page. Je copie un commentaire de lecteur sur amazon, qui résume mieux que je ne le ferais: "

Ce livre décrit la « grande manipulation » de l'industrie agro-alimentaire : publicité, étiquettes des produits, réglementation internationale, la chimie au service de nos papilles, ...  Apprenez les incroyables tours de prestidigitation qu'elle effectue comme le fumé (saumon), l'arôme 'naturel' de citron -sans citron-, le goût « élevé en fût de chêne », édulcorants, ... A l'image du film Matrix, lire ce livre, c'est prendre la pilule bleue pour penser ce qu'on veut. L'ignorer c'est rester au pays des merveilles et descendre avec le lapin blanc au fond du gouffre."

Présentation de l'éditeur: " Votre yaourt préféré doit son arôme " naturel " de fraise à des copeaux de bois. Une fraude de plus? Non, rien que la routine quotidienne de l'industrie alimentaire. En toute légalité, même si l'étiquette de votre yaourt n'en souffle mot. Bienvenue dans le meilleur des mondes alimentaires, un monde où la saveur d'un produit est sans rapport avec son contenu et sa valeur nutritive réels. Ce monde, c'est celui des pizzas surgelées, des soupes instantanées, des plats préparés, des petits pots pour bébés, des aliments allégés. C'est celui des aliments industriels, dont le goût doit plus à l'habileté des chimistes qu'à l'art des cuisiniers. Quels effets directs ou indirects sur la santé de ces produits à la saveur truquée ? Comment l'organisme réagit-il lorsqu'il est trompé par des aliments virtuels ? Obésité, ostéoporose infantile, allergies et même carences alimentaires, le constat est alarmant. Au-delà de notre santé, ce sont nos choix et nos habitudes alimentaires que l'industrie manipule. Grâce aux arômes, elle nous fait avaler les préparations les plus douteuses et s'assure notre fidélité à ses produits. Fruit d'une enquête rigoureuse dans les coulisses de l'industrie alimentaire, ce livre met enfin en lumière le rôle méconnu mais central des arômes, ces agents très secrets sans lesquels la grande manipulation de l'industrie alimentaire serait impossible".
Biographie de l'auteur. Hans-Ulrich Grimm, ancien rédacteur au prestigieux hebdomadaire allemand Der Spiegel, enquête depuis de nombreuses années sur les dérives de l'industrie alimentaire, auxquelles il a déjà consacré plusieurs livres.

Il est aussi l’auteur du livre « Le Mensonge alimentaire : Comment l'industrie alimentaire conditionne notre intelligence et notre comportement »  (2006) chez Guy Tredaniel. Je file me l’acheter et « je vous dis quoi ». Présentation de l'éditeur sur amazon : «  Plus personne n'ignore que notre mode d'alimentation a une influence déterminante sur le fonctionnement de notre organisme. Au cours des dernières années, les chercheurs ont reconnu que l'adjonction de produits chimiques et le retrait de nutriments aux aliments de base pouvaient avoir des conséquences dramatiques sur le fonctionnement de notre cerveau, donc de notre intelligence, notre psychisme et notre comportement. La production alimentaire industrielle affecte de façon notoire l'équilibre fragile des toxines cérébrales et on remarque déjà en maint endroit, une régression sensible de l'intelligence. Faut-il avoir peur de l'agrobusiness ? Y a-t-il aujourd'hui un itinéraire qui mène des grandes surfaces à un Alzheimer ou à un Parkinson ? Existe-t-il un régime qui nous rendrait à la fois sages, intelligents, heureux et en bonne santé ? Dans le torrent d'informations qui déferle sur nous, sur les emballages des produits que nous achetons, dans les pages des magazines, sur les panneaux publicitaires, comment faire la part de ce qui relève de l'information, des véritables conclusions scientifiques et comment déceler les pièges du marketing ? Les réponses se trouvent dans les pages du livre de Halas-Ulrich Grimm qui, en s'appuyant sur de nombreux cas concrets et de solides connaissances scientifiques, pointe du doigt les erreurs à éviter, montre comment dynamiser "l'intelligence culinaire" et, pour notre plus grand bien, préserver la cuisine traditionnelle et gastronomique. ».


T. Info sur la tenue récente de "Mes Nerfs en Paix": ça faisait une grosse dizaine d'années que j'avais tous les jours, surtout le soir, des crampes, contractions et spasmes musculaires et des convulsions. Inexpliquées et inexplicables selon thérapeutes et médecins de tout poil.
Fini à 95% et ce depuis quinze jours!!! Youpi.
Comme j'ai appris que d'autres "fibromyalgiques" souffraient du même problème je me suis dit que ça pouvait t'intéresser.
Merci pour ton enseignement. Ca fait gagner tellement de temps!

T. d'une coach naturo qui s'est découverte « canari ».

J'avais une alimentation végétarienne naturo. Donc beaucoup d'oléagineuses, de légumineuses, de soja (surtout les lactofermentés), de fruits, de graines germées et de légumes. Tout cela généreusement arrosé d'huiles végétales dont olive.
Desserts favoris: le chocolat et les fruits secs. Je sucrais avec du miel et du sirop d'agave.
Il semble que je réagisse le plus aux amines et aux moissisures. Maïs et soja bof bof. Etre plus modérée dans l'apport de salycilates me fait du bien.
Cela faisait déjà plusieurs années que je mangeais "sans additifs" ce qui avait déjà apporté une grande amélioration.
De plus j'utilisais les huiles essentielles pour me soigner et tous mes cosmétiques en contenaient.
L'environnement était déjà très épuré mais grande coquette, j'aimais toujours me parfumer et me teindre les cheveux.


T. (témoignage après le séminaire d'audit nutritionnel, où l'on parlé du répérage des "canaris")

Aussi lundi et mardi, je n'ai mangé que des protéines, et depuis mercredi j'ai réintégré avec intuition et nouveau plaisir les autres aliments, chaque jour je prends aussi une tasse de bouillon de poule (que tu conseilles pour l'ostéoporose), ainsi que deux jaunes d'oeufs crus (pour l'anémie pernicieuse), j'ai abandonné l'huile d'olive et l'ai remplacé par du beurre, de la graisse de canard et de l'huile de colza.

Et bien Taty dès le jeudi j'ai senti la différence, je n'ai plus les yeux gonflés le matin, je me sens plus légère, et 1 selle par jour bien faite!

La seule chose encore fragile, c'est un genre de pas bien, d'hypoglycémie début d'après midi, j'ai l'impression qu'il me manque qq chose, ou que je n'assimile pas bien le repas de midi, je vais tester de manger autre chose le midi.(mais pas de fatigue). Bien sûr j'ai exclu les aliments et autres contenant des salicylates.

Tu sais l'aspirine ne me convient pas, et bien peut être que c'est quand j'avais 7 ans, l'institutrice m'avait tellement tapée qu'elle a eu peur et ma donné une aspirine que j'ai vomi sur mon banc, aspirine= danger! Je vais le travailler en réflexo. Peut-être que certaines allergies alimentaires ou autres trouvent leurs origines dans l'histoire de la personne.

Ma réponse. Petit témoignage perso.

J'ai probablement été fragile vis à vis des additifs, polluants et salicylates depuis toujours, puisque, sur la base de ce que j'en connais aujourd'hui, je crois qu'enfant j'étais hyperactive/kinétique. On ne connaissait pas ce diagnostic il y a cinquante ans (surtout pas au Congo), mes parents devenaient cinglés et j'ai donc été traitée à la manière dure, ce qui n'a pas arrangé les bidons.

Je n'ai découvert que récemment, en comparant mon histoire à celle des enfants hyperactifs d'aujourd'hui.

Mais la véritable réactivité aux salicylates s'est déclenchée en 1999 après qu'un gastroentérologue m'a prescrit un médicament pour la recto colite (du pentasa). Au lieu de me guérir, ce médicament m'a précipitée dans ce qui fut le début d'un enfer de quelques mois. Ce n'est que grâce à une méditation que j'ai compris le lien.

Va-t-en expliquer ce qui suit aux rationnalistes: après cette méditation précise (après six mois d'enfer, épuisée de faire confiance à mon savoir livresque sur la nutrition), le mot «salicylé» m'est revenu comme une antienne pendant plusieurs jours. Petite recherche:le pentasa est un composé salicylé («sulfasalazine consists of salicylate combined with a sulfa antibiotic».).

Cela ne faisait pas de sens. Je suis retournée à mon carnet alimentaire tenu depuis quelques mois. J'avais déjà observé que le mieux-être revenait dès que j'arrêtais les fruits, l'huile d'olive, le coco, les amandes, le thé, etc. Tous les produits réputés « miraculeux » en nutrition.

J'avais laissé cette première intuition de côté, avec d'autant plus de facilité que mes deux médecins homéopathes m'avaient ri au nez lorsque je leur en avais fait part.

Après quelques recherches sur internet sur l'objet de la méditation (« salicylés »), j'ai pu comprendre que l'aggravation de la rectocolite suivait systématiquement des journées hautes en salicylates alimentaires. Or, ce sont précisément des anti-inflammatoires. Paradoxal, non?

Heureusement, je mangeais déjà des nourritures vraies sans aucun additif et notre environnement maison et cosmétique était déjà tout bio, sinon je n'aurais pu voir si clair.

 Il doit aussi y avoir un lien avec les chimios au Fluorouracil (5FU) que j'avais si mal supportées quatre ans auparavant. Je ferai une recherche lors de ma retraite!

Qui sait aussi si l'organisme n'a pas fait une soupe entre deux molécules proches : le pentasa et les salicylates alimentaires ? J'ai bien essayé une isothérapie en homéopathie, en vain. Je ne dois pas être la seule puisque le labo disposait déjà de la souche pentasa.

Accessoirement et je viens à ton sujet, le spécialiste qui a prescrit le pentasa s'était comporté de manière excessivement brutale avec moi: attitude de prédateur - violé mon territoire, etc. à un moment où je n'étais pas prête à faire face. Qui saura jamais si cette curieuse hyperréactivité, chez moi qui n'avais jamais été franchement allergique, n'est pas en partie due au comportement de ce maladroit?

Ostéoporose et anémie pernicieuse. Je prépare pour demain un petit texte qui t'expliquera en quoi une hypothyroïdie mal soignée (comme c'est ton cas) peut être responsable d'ostéoporose et d'anémie chez une personne jeune et peu prédisposée par sa constitution.

voir page 1 des FAQs