taty lauwers

cuisinez selon votre nature

en quête d'un devenir-soi nutritionnel

 Pour vivre heureux, vivons coachés

15.7.2019 Suite de mes réflexions autour du coaching, à la faveur d'une rediffusion France Inter hier sous cet exquis titre "Pour vivre heureux, vivons coachés" - à réécouter sur le site France Inter

 

 

Une partie du reportage peut servir d'os à ronger à mes camarades en naturologie. On comprend à quel point la médecine classique peut être prudente face à la naturopathie quand on entend le témoignage de la personne qui intervient à partir de la minute 23 (4 minutes). "Victime d'une naturopathe" en gros. C'est désolant, car cela décrédibilise les autres naturos sérieux. Mais c'est très courant, j'en ai rencontré des dizaines quand j'auditais. C'est ainsi que j'ai fait mes propres déductions telles que vous les lisez dans mes topos (en particulier sur le burn-out) ou sur le blog (comme la "naturologie douce").

C'est difficile à entendre, ça fend le coeur, mais patientez, on va rire dans un instant.

Minutes 28 et suivantes: le Méliflu se fait tailler son petit costar, sans être nommé - par Serge Blisko, le président de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires), Blisko qui semble modéré, informé, respectueux de nos désirs de bien-être. On comprend encore que ces gogos de crudivéganes entachent notre domaine de l'alternutrition par leurs pratiques zozotiques.

Et on arrive à la franche rigolade à partir de la minute 34: une coach alimentaire nous emmène en visite chez une de ses clientes. Merveille! On peut entendre en long et en large les blonditudes de notre domaine de la diététique, énoncées avec beaucoup d'autorité par Bécassine qui se la joue entraîneur de l'équipe olympique. J'ai beaucoup ri, j'adddddore. Que des platitudes, de la psittacose* à chaque énoncé, et tout cela transmis avec force et bêtise conjointe, le duo qui tue. Et voilà notre troisième assassin de crédibilité.

Que de prouesses dois-je faire lorsque je discute avec des médecins pour me faire reconnaître pour ce que je suis, càd ni une coiffeuse qui s'improvise nutritionniste, ni un gourou cynique, ni une naturo qui dérive vers l'exercice illégal de la médecine. Or, je ne pense que réseau: il est essentiel que tous les intervenants autour d'un sujet se respectent. Je crois qu'on n'arrivera à aider notre prochain qu'en unifiant les forces qui peuvent l'aider, depuis leur psy et leur médecin jusqu'à leur coach sportif. Cela demande qu'on reste cadré, reconnu comme un intervenant non gouroufiant, pondéré, sage.

Ceci est un brouillon de billet, j'espère que je me fais bien comprendre. L'émission de France Inter, elle, est assez claire sur le sujet du boom des coachs.

* psittacose: malade virale qui n'atteint que les perroquets



retour au blog des référents